Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Yanick Villedieu
Audio fil du dimanche 14 mai 2017

Inondations : apprendre de nos erreurs pour éviter une crise future

Publié le

Terrain inondé à Pierrefonds
Terrain inondé à Pierrefonds   Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

S'il y a une leçon à tirer des inondations des derniers jours au Québec, c'est que d'avoir plus de données sur la quantité de neige au sol et plus de ressources disponibles du côté des municipalités peut rendre le prochain déluge moins catastrophique. C'est l'avis de Philippe Gachon, professeur au Département de géographie de l'Université du Québec à Montréal.

Le titulaire de la Chaire de recherche stratégique sur les risques hydrométéorologiques liés aux changements climatiques estime qu’implanter davantage de stations de mesure partout dans la province permettrait d'« avoir une meilleure information à la fin de l’hiver pour avoir un regard plus exact sur la quantité de neige » qui fondra dans les semaines qui suivent. Cette approche préventive aurait permis de mieux se préparer.

On fait souvent un amalgame entre changements climatiques et moins de neige [au sol]. Cette association systématique […] n’est pas toujours vraie.

Philippe Gachon

L’expert déplore aussi « un problème de responsabilité ». Selon lui, « on a pelleté la responsabilité à des municipalités régionales de comté qui n’ont pas l’expertise ni les ressources » pour affronter une telle crise.

Une situation exceptionnelle
L’ampleur des inondations s’explique par la conjonction de quelques facteurs, explique Philippe Gachon. Le mois de mars froid et enneigé et les semaines pluvieuses et fraîches qui ont suivi ont apporté énormément d’eau dans les rivières de la province, surtout parce que le sol, encore gelé, ne pouvait pas l'absorber. En Gaspésie, il est tombé entre deux et trois mètres de neige, selon les régions, en mars. Le manque d’ensoleillement n’a pas aidé.

Cette entrevue a été réalisée lors d'une émission spéciale enregistrée le jeudi 11 mai 2017 à la salle Redpath de l'Université McGill à l'occasion du 85e congrès de l'Association francophone pour le savoir (Acfas).

Chargement en cours