Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Yanick Villedieu
Audio fil du dimanche 29 janvier 2017

Ernest Rutherford, le père de la physique nucléaire

Publié le

Portrait d'un jeune Ernest Rutherford en 1908.
Ernest Rutherford, le père de la physique nucléaire, en 1908   Photo : Bibliothèque du Congrès des États-Unis

Les travaux effectués à Montréal par le physicien Ernest Rutherford ont laissé une marque indélébile sur la science, explique Yves Gingras, historien et sociologue des sciences. Sa compréhension de la radioactivité et de l'atome ont influencé le siècle qui a suivi et ses théories sont encore enseignées aujourd'hui.

Né en Nouvelle-Zélande et formé en Grande-Bretagne, Ernest Rutherford fait donc tout de même partie de l'histoire scientifique du Canada, car c'est à l'Université McGill qu'il effectue les travaux qui lui permettent de remporter un prix Nobel, rappelle Yves Gingras. Il laissera dans la jeune Confédération un réel héritage au terme de la dizaine d'années qu'il y passe.

Le physicien débarque à Montréal en 1898 grâce au mécénat de William Macdonald, un philanthrope qui a fait fortune grâce au tabac. En physique, le sujet de l’heure est la radioactivité, et le nouvel arrivant est en compétition féroce avec Henri Becquerel, et Marie et Pierre Curie. Déjà, à l’époque, « l’argent est le nerf de la guerre », explique Yves Gingras.

Le mécénat de Macdonald est fondamental, parce que Rutherford est en compétition étroite avec les Curie à Paris.

Yves Gingras

À la croisée de la chimie et de la physique
Peu de temps après son arrivée au Canada, Rutherford réussit à identifier les rayons alpha, une des trois formes de rayonnement de l’atome dû à la radioactivité. Puis, en 1902, il publie, avec son partenaire, le chimiste Frederick Soddy, un article dans Nature sur ce phénomène, révolutionnant au passage la conception de l’atome insécable qui prévaut à l’époque.

En 1908, un an après son retour en Grande-Bretagne, Ernest Rutherford remporte le prix Nobel de chimie pour cette découverte. Le scientifique aurait préféré recevoir cette récompense dans son domaine de prédilection, la physique, mais cela aura quand même un effet appréciable : l’étude de l’atome, autrefois considéré comme de la chimie, revient maintenant aux physiciens.

L’atome, un système solaire
Rutherford ne s’arrête pas là. En Angleterre, il développe un nouveau modèle de l’atome. Celui-ci peut être comparé à notre système solaire, avec un noyau (le soleil) au centre et des électrons (les planètes) qui tournent autour. Cette représentation imparfaite est complémentée par les travaux de Niels Bohr. Le modèle de Bohr-Rutherford est celui qu’on enseigne encore aujourd’hui.

 

Jusqu’en juin, l’émission Les années lumière présente chaque semaine les moments marquants et les personnages importants de la science au Canada, dans une série spéciale célébrant les 150 ans de la Confédération. Retrouvez l'ensemble des entrevues ici.

Chargement en cours