Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Photo de Marie-France Bélanger
Audio fil du dimanche 6 août 2017

La tortue-molle à épines, une espèce menacée qui s’accroche à la vie

Publié le

Une tortue-molle à épines
Une tortue-molle à épines   Photo : Radio-Canada / Marie-France Bélanger

« J'adore le monde de la tortue. J'adore particulièrement la tortue-molle à épines, car elle est très spéciale. [...] Malheureusement, elle est menacée d'extinction depuis mars 2000, tant au Québec qu'au Canada, mais aussi au Vermont », déplore le biologiste et directeur de la conservation et de la recherche du Zoo de Granby Patrick Paré. De concert avec la municipalité de Pike River, ce dernier organise un festival dédié à cette tortue afin de la sauver.

Qui est-elle?
Vivant principalement dans les eaux du lac Champlain, la tortue-molle à épines ne compte que 100 individus adultes, selon certaines études. La femelle peut atteindre plus de 55 cm de diamètre, tandis que les mâles sont deux fois plus petits, ce qui fait que les tortues de cette espèce sont les plus grandes au Québec. On distingue la tortue-molle à épines par sa carapace molle de couleur olive qui s’apparente à du cuir ou, comme dit Patrick Paré, à « une crêpe ».

Ses particularités
Puisque sa carapace est, on le devine, molle, elle a trouvé des façons de se protéger de ses prédateurs en se cachant dans la vase, ou sous l’eau. Elle peut compter sur son long cou qu’elle allonge pour respirer. Elle est aussi anormalement rapide pour une tortue. L’attribut physique qui la distingue est la taille de l’appareil génital du mâle. « L’organe reproducteur mâle est énorme : son pénis représente la moitié de la longueur du corps. On l’explique comme une réponse à la taille de la femelle et de la forme concave de sa carapace [...] qui oblige le mâle d’avoir un organe le plus long possible pour pénétrer le cloaque », précise le biologiste.

Une espèce en péril
« Toutes les tortues et bien des espèces de la faune manquent de bandes riveraines et d’habitats pour pouvoir s’exposer au soleil, se reposer, se reproduire et se nourrir », explique Patrick Paré. Le lac Champlain, son habitat naturel, est bondé de plaisanciers. Des bateaux – dont les hélices peuvent être mortelles –, des pêcheurs et des prédateurs (comme le héron, le raton laveur et le brochet) sont les principales menaces auxquelles doit faire face la tortue-molle à épines.

Festival Mikinak
Afin de préserver la tortue-molle à épines, le Zoo de Granby travaille en collaboration avec les citoyens et la directrice générale de la municipalité de Pike River, Sonia Côté. « C’est important qu’on la sauve, qu’on en prenne soin, car peu importe l’animal qui est en voie d’extinction, c’est un signe que quelque chose ne va pas bien dans l’environnement », croit Sonia Côté. Le festival Mikinak servira à démystifier cette tortue, à sensibiliser la population à son sujet et à en faire l’emblème de la région.

Une vidéo sur la tortue-molle à épines sur la chaîne YouTube MFFP Québec

Chargement en cours