Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animatrice Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du dimanche 8 janvier 2017

Histoire : les balbutiements de la science au Canada

Publié le

Le géologue Sir William Logan assis sur une chaise, une plume à la main et regardant l'objectif.
Sir William Logan, géologue, est l'un des pionniers de la science au Canada.   Photo : Bibliothèque et Archives Canada

Les universités canadiennes ont connu un essor important dans la deuxième moitié du 19e siècle, mais, du point de vue scientifique et industriel, les premières années de la Confédération canadienne ont été marquées par un constat : l'absence presque totale de recherche. Le professeur Yves Gingras revient sur cet aspect de l'histoire du pays.

En 1867, une seule institution scientifique fédérale existe, la Commission géologique du Canada, dirigée par sir William Logan, un pionnier de la science au Canada. Cette dernière répond à un besoin industriel de l’époque, c’est-à-dire de trouver des réserves de charbon. Selon Yves Gingras, elle encourage le développement des universités du Canada grâce à ses dons à des départements dans tout le pays. Malgré ces avancées, en 1918, le budget total des 18 universités du territoire est inférieur à celui du réputé Massachusetts Institute of Technology.

Développement de l’agriculture
Un tel regard sur le passé permet malgré tout de constater que la science et la technologie sont indissociables du développement d’un État. En 1886 est créée une deuxième institution fédérale, la Ferme expérimentale centrale, afin d’assurer la qualité de la production agricole, une facette très importante de l’économie du jeune Canada.

Pas dans la Constitution
La Constitution canadienne de 1867 ne fait pas mention de la recherche scientifique, ce qui est normal pour l’époque, considère Yves Gingras. Cette question en devient une de compétence mixte, relevant des provinces et du gouvernement central. Dans les décennies qui suivent, le fédéral assume la grande part de cette responsabilité dans le Canada anglophone, tandis que le Québec fonde ses propres institutions de recherche scientifique.

Jusqu’en juin, l’émission Les années lumière présente chaque semaine les moments marquants et les personnages importants de la science au Canada, dans une série spéciale célébrant les 150 ans de la Confédération. Retrouvez l'ensemble des entrevues ici.

Chargement en cours