Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Martine Laberge
Audio fil du vendredi 9 février 2018

Survivre après avoir aidé un proche à mourir

Publié le

Jeanna-Anne Bérubé en compagnie de sa soeur Diane Lambert.
Jeanna-Anne Bérubé en compagnie de sa soeur Diane Lambert.   Photo : Collection personnelle - famille de Jeanna-Anne Bérubé

Le 30 octobre 2017 à 17 h 35, Jeanna Anne Bérubé rendait son dernier souffle entourée de ses proches à l'hôpital de Timmins. Sa fille, Julie Mailloux, se rappelle avec sérénité les derniers moments de la vie de sa mère, qui a choisi d'avoir recours à l'aide médicale à mourir pour mettre fin à ses souffrances.

Les deux dernières années de la vie de Jeanna Anne Bérubé ont été très difficiles.

Atteinte d'une maladie respiratoire obstructive chronique et d'une insuffisance cardiaque congestive, la femme de 56 ans avait de la difficulté à se déplacer. Elle devait aussi dormir assise dans une chaise, incapable de s'allonger pendant de longues périodes de temps.

C'est après une longue réflexion au printemps 2017 qu'elle a eu le courage de parler de son désir de mettre fin à ses jours. Julie Mailloux raconte que certains membres de la famille ont eu de la difficulté à accepter la décision de sa mère.

Mais pour elle, respecter les dernières volontés de celle qui lui a donné la vie allait de soi.

C'est leur vie, c'est leur décision, c'est leur choix.

Julie Mailloux, fille de Jeanna Anne Bérubé
Jeanna-Anne Bérubé, tout sourire, pose avec sa petite-fille Tina.
Jeanna-Anne Bérubé, tout sourire, pose avec sa petite-fille Tina.   Photo : Collection personnelle: Famille de Jeanna-Anne Bérubé

Les derniers moments

« Ma mère était super heureuse cette journée-là », se souvient Julie Mailloux.

Jeanna Anne Bérubé a passé la journée entourée de sa famille, allant même jusqu'à faire des blagues pour faire rire ses proches. Elle avait accepté de faire un don d'organe et se sentait bien avec cette décision.

Ils ont fait des tests et ont vu qu'ils pouvaient donner ses deux reins et ses yeux. Pour moi c'est un réconfort, ç’a aidé avec le deuil.

Julie Mailloux

Bienveillance

Julie Mailloux ajoute que le personnel de l'hôpital de Timmins a été très attentif et sensible aux besoins de la famille.

Chargement en cours