Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Isabelle Fleury
Audio fil du mardi 7 novembre 2017

Quand le nord de l'Ontario part en guerre contre Ben & Jerry's et H&M

Publié le

Le maire de Hearst Roger Sigouin.
Le maire de Hearst Roger Sigouin part en guerre contre Ben & Jerry's.   Photo : Radio-Canada / Martine Laberge

Qu'ont en commun le caribou des bois, un géant américain de la crème glacée, un grand joueur du commerce au détail, et les communautés du nord de l'Ontario?

Une grande dispute, sur fond de protection de la faune.

Le caribou des bois est une espèce protégée au Canada depuis 14 ans et pourtant sa population continue de diminuer.

C'est ce que révélait la semaine dernière le rapport sur les progrès de la mise en œuvre du rétablissement du caribou des bois du ministère fédéral de l'Environnement.

Et en Ontario, les populations locales sont en baisse dans huit des neuf aires de répartition.

Des groupes environnementaux ont déjà critiqué les gouvernements fédéral et provincial dans ce dossier.

Et maintenant, des entreprises comme Ben & Jerry's et H&M ont joint leurs voix pour demander aux gouvernements d'en faire plus.

Ça ne me surprend pas du tout. C'est un groupe qui regarde ce qu'ils peuvent faire pour faire mal aux communautés du nord. C'est décevant de voir ce genre de groupe là agir comme ça.

Roger Sigouin, maire de Hearst
Le maire de Hearst, Roger Sigouin assis à son bureau
Le maire de Hearst, Roger Sigouin Photo : Radio-Canada/Martine Laberge

Pas d'écoute

Roger Sigouin estime que les gouvernements ont consulté les communautés du nord dans le dossier du caribou des bois, mais qu'ils ne les ont pas écoutés.

S'il est d'accord avec les statistiques qui démontrent une diminution du nombre de caribous, le maire de Hearst déplore que ce soit l'industrie forestière qui soit pointée du doigt pour la situation.

Chargement en cours