Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Isabelle Fleury
Audio fil du jeudi 15 juin 2017

La Constitution et les francophones hors-Québec : une question de racisme ?

Publié le

Un homme aux cheveux blancs et ayant une petite barbe blanche répond à une question. Un autre homme plus jeune se tient derrière lui. Ils sont entourés de drapeaux du Québec et du Canada,
Les premiers ministres du Québec et du Canada, Philippe Couillard et Justin Trudeau, en décembre 2015   Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Un texte de Pierre Desjardins, professeur de philosophie au Collège Montmorency, à Laval au Québec, dans la Presse Plus fait beaucoup réagir. Le texte intitulé Pour une réécriture de la Constitution canadienne ! porte sur la tentative de relance par le gouvernement Couillard des négociations constitutionnelles, notamment pour que la nation québécoise soit reconnue par le Canada.

Selon Pierre Desjardins, on devrait plutôt chercher à faire reconnaître la nation canadienne française qui se trouve principalement au Québec, mais aussi au Nouveau-Brunswick, au Manitoba, et en Ontario, note-t-il.

Il souligne que la présentation du Québec comme l’unique dépositaire de la langue et de la culture canadienne-française relèverait d’un certain racisme.

Une affirmation exagérée selon Frédéric Bérard, constitutionnaliste et co-directeur de l’Observatoire national en matière de droits linguistiques en entrevue au Matin du Nord.

Faudrait retirer ce terme là. Est-ce que les québécois francophones, et surtout leur gouvernement, ont laissé tomber les francophones hors-Québec? Ça, je pense que oui. Mais entre les laisser tomber et faire preuve de racisme, il y a quand même une marge importante.

Frédéric Bérard, constitutionnaliste et co-directeur de l’Observatoire national en matière de droits linguistiques

Il souligne également les efforts positifs de Jean-Marc Fournier, le ministre québécois responsable des francophones hors-Québec. Frédéric Bérard a tout de même souligné être en accord avec certains constats de Pierre Desjardins.

On est capable, je pense, de reconnaître le caractère distinct de la nation québécoise, tout en étant d’avis qu’on doit encourager les francophones hors-Québec à défendre et promouvoir leur langue; ce que n’a pas fait le gouvernement du Québec depuis longtemps. C’est franchement dommage.

Frédéric Bérard

Chargement en cours