Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du jeudi 25 janvier 2018

Vague record d'élèves migrants dans les écoles de Montréal

Publié le

Des élèves de dos lèvent la main
Des jeunes migrants se retrouveront sur les bancs d'écoles dans l'attente d'une décision sur leur demande d'asile au Canada.   Photo : iStock

Les écoles de Montréal accueillent un nombre record de nouveaux élèves : plus d'une centaine chaque semaine. Presque la totalité d'entre eux sont des immigrants ou des enfants de demandeurs d'asile.

« C'est du jamais vu! », s'exclame la présidente de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, Diane Lamarche-Venne. Les écoles qu'elle chapeaute ont reçu 2600 nouvelles inscriptions cette année, comparativement à une moyenne de 1000 au cours des dernières années.

Du côté de la Commission scolaire de la Pointe-de-l'Île, les écoles ont vu leur nombre d'élèves augmenter de 6 % depuis le début de l'année scolaire.

La Commission scolaire de Montréal est quant à elle rendue à plus de 1000 nouvelles inscriptions, dont 400 enregistrées en janvier.

Les trois quarts de ces nouveaux élèves sont des enfants de demandeurs d'asile, et le reste sont des enfants de migrants arrivés par le processus normal d'immigration.

Besoin criant de nouvelles classes

Les écoles de Montréal réussissent tant bien que mal à loger tous ces nouveaux élèves. Certaines ont créé des classes temporaires dans les gymnases, les bibliothèques ou les locaux d'arts plastiques.

D'autres ont commandé des classes « portables », qui prennent la forme de structures modulaires préfabriquées. Seulement à la Commission scolaire de Montréal, on en a demandé 100, alors qu'une cinquantaine ont été nécessaires au cours des 10 dernières années.

Un mécanisme de création de nouvelles classes en cours d'année existe dans les trois commissions scolaires de Montréal; il est bien rodé. Mais les nouveaux élèves ne cessent d'affluer et les écoles devront redoubler d'ingéniosité pour réussir à leur trouver une place.

« On fait notre possible », affirme Diane Lamarche-Venne, de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys. « C’est certain qu’on avait des agrandissements qui étaient à notre disposition en septembre cette année. Mais tout ça est plein au moment où on se parle. Disons que [pour tenir jusqu'au] mois de mars, on a trouvé des solutions. »

Le recrutement d'enseignants pose lui aussi un défi pour les écoles. Elles ont réussi à pourvoir la plupart de leurs postes, mais l'embauche est de plus en plus difficile.

Le budget pédagogique de chaque école est bonifié en fonction du nombre de nouveaux élèves, mais le budget administratif, lui, n'est ajusté que l'année suivante. Cela signifie que certaines écoles doivent attendre l'an prochain pour avoir droit à un directeur adjoint ou une secrétaire supplémentaire, par exemple.

Chargement en cours