Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mardi 2 janvier 2018

Réfugiés syriens : s'intégrer grâce au bénévolat

Publié le

Une famille d'origine syrienne pose dans le salon. Le père, au centre, a une veste de survêtement. Le plus jeune, à gauche du père a une chemise à carreaux rouge et noirs.
La famille Addas. De gauche à droite, Alaa, Tarek, Ahmad, Amro, Lina, et Zena.   Photo : Radio-Canada / Julien Poirier-Malo

Le Canada a accueilli plus de 40 000 réfugiés originaires de la Syrie. À Montréal, de nombreuses familles installées depuis moins de deux ans aident déjà les nouveaux arrivants. Pour George, Zena ou encore Alaa, il faut s'impliquer pour se sentir montréalais.

Pas de temps à perdre pour s’engager

George Chabo, 18 ans, est débarqué à Montréal en février 2016. Moins de deux ans plus tard, au vu de son implication dans sa ville d’adoption, il pourrait concourir au titre de meilleur bénévole de Montréal.

Il s’est dépensé sans compter, passant l’année 2017 à parcourir la ville pour le 375anniversaire de Montréal.

Les deux personnes sont assises sur un canapé, un sapin trône à l'arrière-plan.
Rehab Abed et George Chabo Photo : Radio-Canada/Julien Poirier-Malo

Ça m’a fait avoir un sentiment de fierté et d’appartenance envers la ville. Au lieu d’être pieds et poings liés au Québec et à Montréal, je veux faire partie de la ville. [...] Il y a plusieurs gens qui n’aiment pas s’impliquer [...] mais certains ne prennent même pas la peine d’essayer.

George Chabo

À l’école, traduire pour les nouveaux arrivants

La famille Addas est arrivée il y a 18 mois à Montréal. Selon Zena et Alaa, c’est à l’école qu’ils se sentent le plus soutenus. Et désormais, comme ils se débrouillent bien en français, ils aident les nouveaux arrivants en jouant les traducteurs en classe.

Selon François Audet, directeur de l’Observatoire canadien sur les crises et l’aide humanitaire, « il ne faut jamais perdre de vue d’où l’on vient, car la personne qui va arriver demain (au Canada) est passée à travers les mêmes étapes que nos arrières-grands-parents [...] ».

Chargement en cours