Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du vendredi 17 mars 2017

Être immigrant en ville : constat d’une Montréalaise d’origine syrienne

Publié le

Marya Zarif, pose devant une buanderie de Montréal.
D'origine syrienne, Marya Zarif est Montréalaise depuis 16 ans.   Photo : Radio-Canada / Danny Braün

Selon Marya Zarif, il n'est pas si simple de créer des liens avec les Montréalais. « Il y a [d'abord] beaucoup de gentillesse, d'accueil et d'ouverture à la rencontre, puis une barrière se dresse de façon assez subite. Donc, il y a quelque chose de déroutant », explique la jeune femme d'origine syrienne, qui vit à Montréal depuis maintenant 16 ans.

Malgré tout, Marya Zarif croit que les Québécois sont plus ouverts aux autres cultures que le démontre le récent sondage sur l’immigration. « Quand tu es vraiment en situation de relation avec l’autre, il y a beaucoup de [préjugés] qui tombent et tu te rends compte que cette opinion n’était pas valable, qu’elle t’a été répétée ou [elle a été] apprise, mais qu'elle n’est pas la tienne », note la spécialiste en contenu numérique pour enfants.

À l’occasion d’une promenade avec le journaliste Danny Braün, Marya Zarif lui raconte sa vision de la ville. « Malheureusement, à Montréal, on se fait prendre dans un rythme de productivité. Je vais du point A au point B et je fais ma journée comme ça », ajoute-t-elle.

Chargement en cours