Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du jeudi 1 février 2018

Pourquoi fait-il aussi froid à Montréal?

Publié le

Un homme se tient dehors dans le froid
Un homme se tient dehors dans le froid   Photo : Radio-Canada

Montréal est sans contredit une ville nordique, mais elle est pourtant située plus au sud que bien d'autres villes dans le monde. Alors, pourquoi y fait-il particulièrement froid? C'est une question d'eau, selon le géographe Philippe Gachon.

Montréal est à la même latitude que Bordeaux, en France. Mais alors qu’il fait une température annuelle moyenne de 12,5 °C à Bordeaux, la température moyenne est d’environ 6,7 °C dans la métropole québécoise.

Philippe Gachon explique cette différence par la situation géographique du Canada, qui est bordé par des bassins d’eau qui gèlent en hiver, comme la mer du Labrador, la baie de Baffin et la baie d’Hudson. En Europe, une bonne part des eaux qui se trouvent au nord de la Scandinavie ne gèlent pas en hiver.

« Cette eau-là qui est gelée ne peut pas réchauffer l’atmosphère, alors que de l’autre côté de l’Atlantique, il y a des eaux plus tièdes qui permettent de transférer la chaleur et de réchauffer les masses d’air qui viennent du nord », explique le géographe.

Montréal, ville nordique

L’une des caractéristiques d’une ville nordique est qu’elle connaît des températures moyennes en dessous du point de congélation quatre mois par année.

Montréal se caractérise particulièrement par ses vagues de froid, affirme Philippe Gachon.

L’autre trait qui distingue la métropole des autres villes concerne les grands écarts de température. « Il n’y a pas beaucoup d'endroits dans le monde qui peuvent non seulement revendiquer un caractère nordique, mais également des amplitudes aussi fortes à l’intérieur d’une année », soutient le géographe.

Il donne également comme exemple Stockholm, qui est située à la même latitude que Kuujjuaq, mais qui, au lieu d’avoir une température moyenne de -25 °C en janvier, a une température qui oscille plutôt autour de -5 °C.

Chargement en cours