Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du jeudi 11 janvier 2018

Oui, les crustacés ressentent la douleur, affirme un spécialiste

Publié le

Homards
Homards   Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Les recherches indiquent que les êtres invertébrés, comme les homards, peuvent souffrir, rapporte le professeur de médecine vétérinaire Éric Troncy, spécialiste de la douleur animale.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont observé les changements de comportement que la douleur entraîne chez ces animaux. Ils ont ensuite comparé les différents systèmes de détection et de perception de la douleur entre les espèces.

« Ça faisait assez longtemps qu’on clamait que les êtres sur terre sont capables de sentir la douleur, indique le spécialiste. Mais la vraie question, c’est : est-ce qu’ils la ressentent? Est-ce que ça génère une certaine mémoire, une intégration de la perception qui modifie les comportements et qui pourrait alors être suggestif de douleur et de souffrance? La réponse est oui. »

Selon Éric Troncy, les résultats que les chercheurs ont obtenus sur la souffrance des poissons, notamment, a poussé la Suisse à sensibiliser les pêcheurs aux blessures qui peuvent être infligées à l’animal lors de la pêche à la ligne et à la souffrance que peut engendrer sa mort par asphyxie. Les pêcheurs doivent maintenant suivre une formation et obtenir une certification pour pouvoir pratiquer leur activité.

Comprendre la douleur pour mieux la contrôler

Éric Troncy affirme que l’étude de la souffrance chez les invertébrés, des êtres considérés comme primitifs, pourrait aider à trouver des façons de mieux contrôler la douleur chez l'être humain : « En connaissant mieux les systèmes de perception de la douleur, on se rend compte qu'on pourrait aborder la gestion de la douleur de façon tout à fait différente, ce qui nous permettrait, par exemple, de créer des analgésiques avec moins d’effets secondaires. »

Chargement en cours