Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du vendredi 24 novembre 2017

Les facettes insoupçonnées de Jehane Benoît

Publié le

Jehane Benoît en 1958
Jehane Benoît en 1958   Photo : Radio-Canada/André Le Coz

Bilingue, divorcée, formée à la Sorbonne : Jehane Benoît est une personne complexe dont la vie ne se résume pas à son Encyclopédie de la cuisine. Elle a été à l'avant-garde dans bien des domaines, selon Richard Leclerc, président du Musée des communications et d'histoire de Sutton.

Si Jehane Benoît se rend à Paris dans les années 20, c’est surtout dans l’espoir d’y faire du théâtre. À l'insistance de sa mère, elle finira cependant par s’inscrire au cours de chimie culinaire à la Sorbonne. « C’est ce qui fait que son encyclopédie n’est pas qu’un simple livre de recettes, affirme Richard Leclerc. Avec ses études, elle a pu faire quelque chose de scientifique, mais vulgarisé. »

Jehane Benoît est la première à ouvrir un restaurant végétarien à Montréal, un buffet de salades. Elle fonde également la première école de cuisine laïque, où elle ne reçoit pourtant pas de salaire officiel. Ses étudiantes déposent plutôt de l’argent dans une enveloppe à la fin des cours, contenant un montant à leur discrétion.

Selon le président du Musée des communications et d’histoire de Sutton, la grande dame de la cuisine québécoise est une femme résolument moderne : elle divorce de son mari, puis se remarie avec un homme de 13 ans son cadet.

Jehane Benoît est également bilingue. En plus de faire de la radio à Montréal, elle en fait à Toronto, en anglais. Elle écrit d’ailleurs ses recettes en anglais, pour ensuite les traduire en français, selon Richard Leclerc.

Chargement en cours