Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du lundi 20 novembre 2017

Parc Jean-Drapeau : « On ne peut garantir qu'on va reculer » - Luc Ferrandez

Publié le

Luc Ferrandez dans un studio radio de Radio-Canada
Luc Ferrandez est le nouveau responsable de l'Environnement et des Grands Parcs à la Ville de Montréal   Photo : Radio-Canada

Le nouveau responsable de l'environnement et des grands parcs à la Ville de Montréal, Luc Ferrandez, étudiera attentivement le projet d'amphithéâtre au parc Jean-Drapeau. Toutefois, il ne peut garantir que la Ville reculera dans ce dossier.

« Une fois que le contrat a été donné, le résilier, ce n’est pas une mince affaire, souligne-t-il. Et ça pourrait coûter très cher aux Montréalais. »

Luc Ferrandez précise qu'il n'a pas encore pu prendre connaissance du dossier en profondeur. Il ne connaît donc pas la portée des contrats qui ont été accordés.

Il aurait aimé que le projet prenne une autre allure, compte tenu des nombreuses plaintes des citoyens de Saint-Lambert concernant le bruit. « On a choisi le scénario qui avait l’impact maximal, parce que ça permettait de faire entrer un peu plus de monde, déplore-t-il. Ça me semble tellement insensible. »

Le responsable des grands parcs entend également revoir le projet immobilier Cap-Nature, à Pierrefonds, qui prévoit notamment la construction de 5500 logements.

De dire : "La meilleure chose à faire de ce dernier grand espace vert, c’est d’aller construire 5000 maisons", il faut vraiment avoir du front tout le tour de la tête pour arriver à cette conclusion-là.

Luc Ferrandez, responsable des grands parcs à la Ville de Montréal

Luc Ferrandez affirme que la Ville peut refuser de construire les infrastructures nécessaires au projet jusqu'à ce qu'elle arrive à une entente avec le promoteur. « Ce n’est pas évident qu’on doive faire un grand parc tout de suite. On peut juste ne rien faire. On peut juste laisser les terrains en friche. »

Il souhaite aussi se pencher sur le plan de développement du parc Lafontaine, qui « a besoin d'amour » à son avis.

Chargement en cours