Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du lundi 16 octobre 2017

La fusion d’étoiles à neutrons décryptée

Publié le

Entrevue avec l'astrophysicien Robert Lamontagne
Photo : NSF/LIGO/Sonoma State University/A. Simonnet

Pour la première fois, les scientifiques ont la preuve que les métaux lourds proviennent de la fusion d'étoiles à neutrons. « L'or, l'argent, le platine, l'uranium que l'on trouve sur notre planète, ça a été fabriqué dans le cosmos », résume le coordonnateur du Centre de recherche en astrophysique du Québec, Robert Lamontagne.

Les étoiles à neutrons sont des étoiles qui ont épuisé toute leur énergie et qui prennent la forme de boules de neutrons très denses. « Une étoile à neutrons, ça fait de deux à trois fois la masse de notre Soleil, mais ça occupe un volume à peine plus gros que l’île de Montréal, indique Robert Lamontagne. Une cuillerée à soupe de cette matière pèserait autour de 1 milliard de tonnes. »

Concrètement, que se passe-t-il lorsque de telles étoiles entrent en collision? « Il y a des neutrons qui sont projetés à très haute vitesse, ils percutent des atomes plus légers, cela les enrichit et les transforme graduellement en éléments plus lourds », explique l’astrophysicien. C’est ainsi que l’oxygène, l’azote et le carbone deviennent éventuellement de l’or, de l’argent ou du platine.

Ces métaux lourds qui se retrouvent dans l’espace finissent par s’amalgamer autour de nuages de gaz pour former de nouvelles étoiles ou de nouvelles planètes. C’est de cette façon que s’est formée la Terre.

Des observations encore plus précises

Contrairement à la fusion de trous noirs, la fusion d’étoiles à neutrons produit des ondes lumineuses, qui s’avèrent une mine d’informations pour les scientifiques. « C’est un peu comme lorsque vous allumez votre téléviseur et que vous avez le son et l’image. Ça vous donne une information plus riche et vous comprenez mieux », illustre Robert Lamontagne.

Chargement en cours