Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du jeudi 12 octobre 2017

2000 hectares de terres agricoles menacés, selon des environnementalistes

Publié le

Un camion laboure une terre agricole
Une terre agricole au Lac-Saint-Jean.   Photo : Radio-Canada

L'Union des producteurs agricoles et des groupes environnementalistes tirent la sonnette d'alarme à propos de la pression exercée par des promoteurs pour développer des projets résidentiels, commerciaux et industriels sur des terres agricoles. Pour le cofondateur et directeur principal d'Équiterre, Steven Guilbeault, cette situation est inacceptable.

« C’est dans la région de Montréal qu’on retrouve les meilleures terres agricoles de la province, en raison du climat notamment », soutient-il. Selon lui, ce sont près de 2000 hectares de terres agricoles qui sont menacés autour de la métropole.

Pourtant, rappelle-t-il, la Communauté métropolitaine de Montréal avait adopté en 2012 une politique qui prévoyait un gel de tout dézonage en terre agricole. Il déplore que ces mêmes maires qui avaient signé la politique acceptent aujourd’hui de dézoner des parcelles de terre.

Steven Guilbeault craint particulièrement le projet de loi 85 présenté par le gouvernement Couillard qui, selon lui, permettra à des projets de développement de se soustraire aux différentes règles en vigueur pour que de grands entrepôts soient construits sur la Rive-Sud.

Québec dit aux développeurs : "Venez, on va contourner toutes les lois, venez vous installer là, ça va être le party", alors que le gouvernement du Québec doit être le défenseur de ces terres-là.

Steven Guilbeault, cofondateur et directeur principal d'Équiterre

Il est convaincu que les espaces déjà prévus pour le développement immobilier sont amplement suffisants pour répondre à la demande. Il ajoute que près de la moitié des terres agricoles appartiennent aujourd’hui à des entreprises et à des spéculateurs, qui sont en grande partie responsables de la pression exercée sur les municipalités.

 

Chargement en cours