Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du jeudi 18 mai 2017

Contexte haineux au Centre culturel islamique de Québec : un problème qui dure depuis longtemps

Publié le

Boufeldja Benabdallah, membre fondateur du Centre culturel islamique de Québec.
Boufeldja Benabdallah, membre fondateur du Centre culturel islamique de Québec.   Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Un rapport obtenu par CBC nous apprend que dans le dossier de l'attentat de la mosquée de Québec survenu en janvier dernier, les policiers de Québec étaient bien au fait des gestes d'intimidation subis par les membres de ce lieu de culte. Boufeldja Benabdallah, cofondateur du Centre culturel islamique de Québec, affirme même que c'est depuis l'installation de ce centre en 2008 sur le chemin Sainte-Foy, à Québec, que les menaces et les gestes haineux ont commencé.

« On n’était pas à l’aise et on disait toujours, "bon, laissons aller les choses, ne faisons pas de vagues", mais je pense qu'il fallait faire des vagues. Il fallait peut-être se fâcher un peu pour qu’on améliore la sécurité de nos installations », explique M. Benabdallah.

Quatre mois après la tuerie, la crainte persiste. « Elle est patente », affirme-t-il. Ce qui le rassure toutefois, c’est de voir toute l’empathie et le soutien que les Québécois ont pu témoigner à la communauté musulmane à la suite des évènements tragiques.

Les gestes d’intimidation et de haine proviennent plutôt de petits groupes isolés, explique-t-il. « Il y a toujours des gens qui ont de la haine dans leur cœur, alors on leur demande de faire comme la majorité des Québécois qui ont eu cet élan de générosité. Soyez bons! On veut créer cette société bonne et on demande aux autorités d’ouvrir l’œil maintenant. »

Chargement en cours