Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mardi 14 mars 2017

Les dessous de la littérature érotique

Publié le

Dessous féminins roses aux pieds d'une femme.
Sous-vêtements féminins   Photo : iStock

« On me demandait de prendre mes lectrices pour des idiotes », raconte l'auteure du livre Lettre à celle qui lit mes romances érotiques, et qui devrait arrêter tout de suite. Lorsqu'elle écrivait des romans érotiques, Camille Emmanuelle s'est vite aperçue que la littérature osée est maintenant un objet de marketing.

On est dans une production quasi industrielle et extrêmement lucrative.

Camille Emmanuelle, auteure

Des phrases courtes, des mots simples et aucune référence intellectuelle. Voilà à quoi Camille Emmanuelle devait se limiter dans l’écriture de ses romans érotiques.

« Je savais qu’il y avait un cadre précis, qu’on allait me demander tels et tels intrigues ou personnages, et j’étais d’accord avec ça. Par contre, ce que j’ai découvert, c’est à quel point c’est extrêmement formaté. »

Les contraintes vont même bien plus loin que le style d’écriture. En effet, le formatage est aussi dans la vision de la sexualité et véhicule des notions réductrices.

Ce n’est pas la femme qui va prendre sa vie en main, c’est l’homme riche et dominant qui va lui faire découvrir non seulement le plaisir sexuel, mais la passion et son propre destin à elle.

Camille Emmanuelle, auteure

Avec son livre, la Française Camille Emmanuelle souhaite conscientiser les gens à toutes les absurdités qui se cachent derrière la rédaction des livres érotiques. Ces normes d'écriture discutables proviendraient selon elle du succès du livre Cinquante nuances de Grey.

Chargement en cours