Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Maxime Coutié
Audio fil du mardi 7 mars 2017

Meilleure classification du sirop d’érable : un travail de longue haleine

Publié le

Du sirop
Photo : iStockphoto

La mise en valeur des particularités du sirop d'érable est un processus complexe qui en est encore à ses balbutiements, explique le directeur général de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec, Simon Trépanier. « On est en train consulter les producteurs et de goûter les produits. On cherche des corrélations entre les méthodes des producteurs et le produit », explique-t-il.

Avec ses variétés de goût et ses particularités régionales, le sirop d’érable est en quelque sorte aussi raffiné que le vin ou l’huile d’olive, et c’est pourquoi la Fédération s’active pour faire émerger ce créneau. « Dans une production normale, il y a toujours deux ou trois journées où le sirop a un petit goût particulier et est meilleur », fait remarquer Simon Trépanier.

Cette année, une entente nord-américaine vient d’être conclue pour assurer une équivalence en termes de classement du sirop d’érable.

Chargement en cours