Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du lundi 8 janvier 2018

Vincent Mercier, l'homme de tous les dangers

Publié le

Vincent Mercier à côté d'un vieil avertisseur d'incendie rouge
Vincent Mercier recherche les situations périlleuses, au travail comme dans ses loisirs.   Photo : Radio-Canada / Meeker Guerrier

Quand il n'éteint pas des feux, Vincent Mercier escalade des montagnes, parfois dans des conditions extrêmes. Le pompier a toujours soif d'adrénaline, soif qu'il tente d'assouvir au travail comme dans ses loisirs.

Avec ses amis, il a coutume d’escalader des montagnes dans les Adirondacks. Lorsqu’une date est choisie pour l’ascension, rien ne peut leur faire manquer leur rendez-vous, pas même la météo.

« Tout le monde est capable de monter une montagne, mais de le faire en hiver, à -25 °C, dans 25 pieds de neige, de tomber dans des trous et avoir de la misère à sortir, de vivre ces situations-là où tu n’es pas en danger, mais où tu dois prendre des décisions importantes, c’est ce que j’adore », dit le père de famille.

À 40 ans, Vincent Mercier est le capitaine de la caserne 2 à Laval, l’une des plus grandes casernes de pompiers au Canada. Il était auparavant ambulancier. « Je préfère le métier de pompier parce qu’on est toujours appelé à prendre des décisions spectaculaires, il y a toujours quelque chose qui fait en sorte que c’est différent », explique-t-il.

Il raconte avoir récemment été appelé dans une demeure insalubre afin de sauver une femme en détresse : « Il y avait un chien avec des gales, il y avait des rats, il y avait toutes sortes d’animaux dans la maison. On est entrés à l’intérieur, on a stabilisé la structure parce que le bâtiment commençait à être instable et on a procédé à la ventilation pour que les ambulanciers puissent sortir une dame qui était dans le besoin. »

Vincent Mercier est convaincu que sa soif constante d’adrénaline lui permet d’être plus efficace dans son travail.

Et comme si être pompier n’était pas assez, il lui arrive souvent de sauver des gens en danger dans sa vie personnelle. Il est notamment intervenu auprès de quelqu'un qui tentait de se jeter en bas d'un pont et il a déjà secouru un homme pris de convulsions dans une épicerie.

Montréal en portraits est une chronique hebdomadaire de Meeker Guerrier qui présente des personnalités montréalaises impliquées dans différents domaines. Chaque personne qu'il rencontre lui suggère quelqu'un d'autre à interviewer, de façon à créer une chaîne de rencontres inédites.

Chargement en cours