Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mercredi 6 décembre 2017

Jérusalem reconnue comme capitale d’Israël : Donald Trump n’a fait qu’appliquer la loi

Publié le

Donald Trump avec le vice-président Pence à Maison-Blanche.
Le président Trump annonçant la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël   Photo : Radio-Canada

Une loi aux États-Unis reconnaît Jérusalem comme la capitale d'Israël depuis 1995, rappelle le chroniqueur Stéphan Bureau.

« La loi a d’ailleurs été adoptée très majoritairement par les démocrates et les républicains parce que, sur Israël, on peut toujours parler d’un consensus qui transcende les lignes de partis », précise-t-il.

Depuis l'adoption de la loi, son application n’a cessé d’être repoussée par les différentes administrations qui se sont succédé aux États-Unis. « Et tout ça au nom du processus de paix, souligne Stéphan Bureau. Force est de constater que cette précaution pour le processus de paix n’a pas changé grand-chose aux résultats depuis 22 ans. »

Selon le chroniqueur, le président américain aurait pu ménager la chèvre et le chou en gardant son ambassade à Tel-Aviv, mais il a clairement annoncé qu’une nouvelle ambassade serait construite à Jérusalem.

Néanmoins, Donald Trump a précisé que les États-Unis préconisaient toujours une solution à deux États pour régler le conflit entre Israël et la Palestine, sans toutefois se prononcer sur les frontières de Jérusalem.

Stéphan Bureau lance l’idée que les États-Unis pourraient, un jour, se servir de cette concession faite à Israël pour demander au pays de laisser la Palestine faire de Jérusalem-Est sa propre capitale.

Chargement en cours