Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du lundi 9 octobre 2017

Faciliter l'intégration des jeunes demandeurs d'asile, le défi de l'organisme Équipe RDP

Publié le

Pierreson Vaval, à gauche, et Riguerre Antoine, à droite, d'Équipe RDP, un organisme qui intervient auprès des enfants de demandeurs d'asile pour les préparer à fréquenter le réseau scolaire québécois.
Pierreson Vaval, à gauche, et Riguerre Antoine, à droite, d'Équipe RDP, un organisme qui intervient auprès des enfants de demandeurs d'asile pour les préparer à fréquenter le réseau scolaire québécois.   Photo : Radio-Canada / Dominic Brassard

Ils sont arrivés avec leurs parents des États-Unis, d'Haïti, du Brésil ou du Nigéria : les enfants des demandeurs d'asile qui ont franchi la frontière dans les derniers mois devront bientôt intégrer le réseau scolaire québécois. Dominic Brassard est allé à la rencontre d'intervenants qui oeuvrent dans des organismes favorisant l'intégration de ces jeunes demandeurs d'asile.

« C'est un petit bout d'Haïti qui arrive, c'est un petit bout du Nigeria qui arrive. Et l'intégration va faire en sorte que ça va devenir un petit bout du Québec », raconte Pierreson Vaval, directeur de l'organisme Équipe RDP, qui intervient auprès des jeunes dans les centres d'hébergement pour demandeurs d'asile.

Les intervenants comme Pierreson Vaval organisent des activités pédagogiques avec les jeunes demandeurs d'asile afin de les préparer le mieux possible à intégrer l'école au Québec. « Le but, c'est de l’accrocher maintenant, pour que quand il arrive à l’école, que son prof soit "le fun" ou "plate", il comprenne que ce qui se passe en classe est important », précise Pierreson Vaval.

Arrivé au Québec en 1985 alors qu'il ne parlait que créole, Pierreson Vaval comprend très bien ce que peuvent vivre ces jeunes.

« Étant moi-même un jeune de l'immigration, j'ai vécu la classe d'accueil. C'est quelque chose d'assez traumatisant, je dirais [...] Maintenant, de pouvoir mettre un sourire sur le visage de ces jeunes-là, et de voir qu'ils veulent revenir dans la classe, on s'est dit : "Voilà, on a peut-être créé quelque chose de positif qui va favoriser leur intégration!" », se réjouit le directeur de l'organisme Équipe RDP.

Chargement en cours