Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du lundi 2 octobre 2017

L'intégration des demandeurs d'asile, retardée par le défi du logement

Publié le

Un petit garçon aux bras de sa maman qui soutient un sac à dos "Never give up" dans une file
Des demandeurs d'asile haïtiens font la file à la frontière canado-américaine.   Photo : Reuters

Pour s'inscrire à l'école au Québec, il faut avoir une adresse permanente, ce qui n'est pas encore le cas pour certains demandeurs d'asile arrivés cet été des États-Unis.

« L’équation est simple. La demande pour les logements dépasse ce qui est disponible », explique Mazen Houdeib, du Regroupement des organismes du Montréal ethnique pour le logement.

La Comission scolaire de Montréal (CSDM) a fourni les codes postaux des quartiers où des écoles peuvent accueillir des demandeurs d’asile. Par contre, les familles rencontrent un défi : trouver de grands logements, abordables et salubres.

Il y a ce qu’il y a sur le marché. On ne peut pas inventer des logements.

Mazen Houdeib

Les organismes sur le terrain sentent que les familles subissent un stress lié à la recherche d’un logement.

S’éloigner pour mieux se loger

Les organismes tentent d’attirer les familles à la recherche d'un logement vers la Rive-Sud et la Rive-Nord.

Les grands logements libres n'y sont pas rares et y sont souvent moins chers qu’à Montréal.

Les familles doivent cependant être convaincues de l’attrait des rives de Montréal. Souvent, ils souhaitent rester à Montréal pour se rapprocher des communautés ethniques et des services offerts.

Une nouvelle directive pourrait cependant soulager quelques familles. Si, après 28 jours, elles n’ont toujours pas trouvé un logement, elles pourront tout de même inscrire leurs enfants à l’école.

Chargement en cours