Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mardi 12 septembre 2017

Médicaments : possiblement de grands écarts de prix en pharmacie

Publié le

Cliché de médicaments.
Protégez-vous a mené une enquête dans 280 pharmacies du Québec.   Photo : Radio-Canada / Martin Labbé

Une enquête publiée par le magazine Protégez-vous a dévoilé l'existence de grands écarts entre les prix d'un même médicament selon la pharmacie choisie. L'Association québécoise des pharmaciens propriétaires tient à nuancer les résultats obtenus.

Au public, les tarifs sont négociés et déterminés par une entente entre le gouvernement et les pharmaciens, mais cette mesure ne concerne pas les 60 % des Québécois qui sont assurés au privé.

Par exemple, l’enquête démontrait que 30 comprimés de Lipitor qui coûtaient environ 16 $ dans une pharmacie Brunet pouvaient coûter 37 $ dans une pharmacie Familiprix.

L’enquête est dans les anecdotes et ne parle pas du prix moyen puisque 90 % des prix que les consommateurs payent se situent dans une fourchette relativement faible. Le problème avec l’étude, c’est la méthodologie qui a permis d’arriver à ces résultats-là.

Jean Bourcier

Selon les données de l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP) le Lipitor a eu un prix de vente moyen de 30 $ dans la dernière année, avec un écart moyen, pour 90 % des transactions, de plus ou moins 2,50 $.

Magasiner un service, pas un produit

Jean Bourcier, vice-président exécutif et DG de l’AQPP, ne conseille pas aux gens de magasiner leurs médicaments, mais plutôt de magasiner leur pharmacien.

Tu magasines un professionnel capable de te conseiller, de te connaître, d’avoir accès à ton dossier complet et de t’offrir le meilleur service.

Jean Bourcier

M. Bourcier a tenu à rappeler que l’achat d’une prescription est d’abord l’achat d’un service pharmaceutique (vérification du dossier patient, analyse, conseils, suivi thérapeutique, etc.)

Un pharmacien, ce n’est pas une commodité.

Jean Bourcier

Chargement en cours