Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du vendredi 11 août 2017

Le Sud-Ouest de Montréal et son côté gourmand

Publié le

L'affiche extérieure du restaurant Joe Beef.
Le restaurant Joe Beef est une référence dans le sud-ouest de Montréal selon la critique culinaire Lesley Chesterman.   Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Le Sud-Ouest de Montréal est devenu un véritable laboratoire culinaire. Les restaurants de Saint-Henri, de Griffintown et de la Petite-Bourgogne font maintenant courir les foules et transforment l'ADN de l'arrondissement. « Ça prend juste un restaurant dans un quartier pour tout changer », précise la critique culinaire Lesley Chesterman.

La rue Notre-Dame Ouest est en quelque sorte le centre nerveux de la transformation gourmande du Sud-Ouest, a constaté le journaliste Dominic Brassard, lors d’une balade dans l’arrondissement avec Lesley Chesterman. « On pourrait passer trois jours juste à manger sur cette rue. »

Il y a 20 ans, il n’y avait rien ici et le restaurant qui a tout commencé, c’est Joe Beef!

Lesley Chesterman, critique culinaire

Il y a 10 ans, l'offre alimentaire dans ce quartier était limitée, alors qu’aujourd'hui des chefs connus s'y établissent. Le célèbre restaurant Joe Beef a été comme une école, précise la critique culinaire. Plusieurs anciens employés de ce restaurant ont ouvert leur propre commerce depuis.

La transformation gourmande du secteur est principalement visible de la Petite-Bourgogne vers l'ouest, dans Saint-Henri.

La terrasse du restaurant Arthurs.
Le Sud-Ouest de Montréal est un véritable laboratoire culinaire. Photo : Radio-Canada/Dominic Brassard

C’est un quartier qui attire aussi les citoyens de Westmount, ajoute Lesley Chesterman. « Par contre, c’est de moins en moins gastronomique. C’est plus pour l’énergie, le côté fun. »

Certains citoyens déplorent toutefois l'embourgeoisement que provoque l'afflux de nouveaux restaurants. « Il y a plein de choses qui ont ouvert et que les gens ne peuvent pas se payer », note un restaurateur.

Chargement en cours