Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du vendredi 14 juillet 2017

L’Île-Bizard et ses disparités

Publié le

Une résidence luxueuse et des maisons mobiles.
Le contraste est impressionnant à L'Île-Bizard, où les résidences luxueuses côtoient les maisons mobiles.   Photo : Radio-Canada / Danny Braün

L'Île-Bizard, l'endroit où les manoirs côtoient les maisons d'une modestie tout aussi extrême. Le journaliste Danny Braün a visité cette île avec le président de la société d'histoire de l'arrondissement et nous présente un portrait de cette étonnante disparité.

« Une maison mobile bien entretenue à 59 000 $ et, d'un autre côté, une maison unifamiliale incluant une piscine, un spa, une salle d’entraînement, une patinoire intérieure et bien plus [qui] se vend 4,8 millions de dollars », constate Danny Braün.

LÎle-Bizard est d’abord et avant tout un territoire agricole, selon André Laniel, de la Société patrimoine et histoire de L’Île-Bizard et Sainte-Geneviève. Au 20e siècle, trois clubs de golf se sont installés sur le territoire.

« Les cultivateurs n’avaient pas tellement de relève, donc ils étaient contents de vendre leurs terres. De plus, un terrain de golf comme celui-là, cela donne du travail », ajoute André Laniel.

Actuellement, le développement immobilier est au point mort sur l’île, puisque 60 % du territoire est considéré comme des terres agricoles.

Chargement en cours