Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mercredi 8 novembre 2017

L'hôtel de ville, symbole de pouvoir

Publié le

L'hôtel de ville de Montréal
L'hôtel de ville de Montréal   Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Inauguré en 1878, l'hôtel de ville de Montréal, par sa majesté, témoigne de l'importance que revêt la Ville dans la société québécoise, affirme l'historien Jean-François Nadeau.

« Dans toute la structure du bâtiment, il y a un langage dans cette architecture, et c’est l’architecture du pouvoir », explique l’historien.

Il donne l'exemple de la crise d’Octobre, en 1970, lorsque la Loi sur les mesures de guerre est décrétée par le gouvernement fédéral. L'Hôtel de Ville de Montréal décide alors de se distancier du gouvernement pour former quelque chose qui ressemble un peu à la Commune de Paris de 1871, raconte Jean-François Nadeau.

L'État, à l'origine, c'est la Ville, et c'est pourquoi ça reste important aujourd'hui.

Jean-François Nadeau, historien

L’architecture de l’hôtel de ville de Montréal est calquée sur celle d’un hôtel de ville de type français, indique Jean-François Nadeau : « C’est un appel à une société républicaine, mais on est tout le contraire de ça. D’ailleurs, l’idée d’hôtel ne rend pas compte de la nature française de l’architecture. En France, par exemple, ou en Europe de façon générale, on dirait une mairie. »

Il précise qu’en raison de cette appellation d’« hôtel de ville », il arrive souvent aux gardiens à l’entrée de se faire demander par des touristes s’il y a des chambres libres.

Des personnages marquants

L’hôtel de ville a vu défiler toute une série de personnages plus colorés les uns que les autres. Jean-François Nadeau cite notamment l’exemple du maire Camillien Houde, qui a fait toute une impression lorsqu’il a accueilli la famille royale à l’hôtel de ville en 1938. « Il se permet d’adresser la parole en premier au monarque, ce qui est une chose qui ne se fait pas, et il les rattrape dans le grand escalier parce qu’il est en retard », raconte-t-il.

Le maire Jean Drapeau a lui aussi laissé sa marque dans l’histoire. « Montréal, c’est lui littéralement », affirme Jean-François Nadeau.

Et on ne peut parler de l’histoire de l’hôtel de ville sans mentionner le passage, en 1967, du général Charles de Gaulle qui, du haut du balcon, a lancé le célèbre « Vive le Québec libre! ». « Le maire Drapeau va passer le reste de sa vie à essayer de se dépatouiller avec cette déclaration qui a été faite dans "son" hôtel de ville », souligne Jean-François Nadeau.

Chargement en cours