Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Mathieu Dugal
Audio fil du samedi 10 février 2018

20 ans après l’Asie, l'Occident adopte le sport électronique

Publié le

Des participants d'une équipe sud-coréenne à un championnat asiatique de eSport, le 1er juillet 2013
Des participants d'une équipe sud-coréenne à un championnat asiatique de eSport, le 1er juillet 2013   Photo : Getty Images / Chung Sung-Jun

Les Sud-Coréens se passionnent depuis longtemps pour les tournois de jeux vidéo, qui, là-bas, attirent des foules dans les stades. L'Occident suit enfin cette vague, analyse Christopher Chancey, fondateur de ManaVoid Entertainment. De sa reconnaissance comme discipline olympique à son financement publicitaire, le sport électronique marquera la prochaine décennie.

« Ce milieu est professionnalisé depuis longtemps en Occident, explique Christopher Chancey, mais on assiste maintenant à sa mutation en vrai phénomène populaire. Non seulement les fans sont plus nombreux que jamais, mais il y a désormais une industrie autour du sport électronique, laquelle brasse beaucoup d'argent. Des milliardaires comme l'homme d'affaires Robert Kraft s’achètent des équipes d'Overcraft. La chaîne ESPN teste en ce moment différentes formules de télédiffusion. »

Les annonceurs ne sont pas encore nécessairement au rendez-vous, mais il y a dans ce qu'on appelle l'e-sport en anglais un énorme potentiel publicitaire pour eux, croit Christophe Chancey. « Le jeu League of Legends, dit-il, attire sur différentes plateformes un nombre de téléspectateurs équivalent à celui des matchs des séries éliminatoires de la Ligue nationale de hockey. Ce marché publicitaire va se développer rapidement et attirer de gros joueurs comme Coca-Cola. »

L'opinion publique encore hostile

Christopher Chancey, président-fondateur de ManaVoid Entertainment et chargé de cours à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT)
Christopher Chancey, président-fondateur de ManaVoid Entertainment et chargé de cours à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT)   Photo : Capture d'écran / Youtube

Pourtant, en dehors d'une frange plus jeune de la population, le phénomène est encore largement ignoré, sinon méprisé par une grande partie de la population qui ne considère pas les joueurs de jeux vidéo comme de véritables sportifs. Or, cette perception risque de changer quand le comité international olympique intégrera ces disciplines aux Jeux olympiques. En effet, des pourparlers sont en cours pour que le sport électronique fasse son entrée aux Jeux de Paris en 2024.

Ce sont des sports qui nécessitent de la concentration et de la coordination, comme le curling ou le tir à l'arc, qui font depuis longtemps partie des disciplines olympiques. Les joueurs doivent aussi faire preuve d'endurance : les tournois durent souvent 12 heures. Pour être un joueur de haut niveau, il faut avoir une très bonne hygiène de vie.

Christopher Chancey, président-fondateur de ManaVoid Entertainment et chargé de cours à l’UQAT

Chargement en cours