Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Mathieu Dugal
Audio fil du samedi 13 janvier 2018

L’intelligence artificielle peut-elle remplacer les artistes?

Publié le

Un montage de deux photos de Sandra Rodriguez et de Louis-Richard Tremblay, photographiés dans le studio de l'émission La sphère.
Sandra Rodriguez et Louis-Richard Tremblay suivent de près l'évolution de l'intelligence artificielle dans le domaine artistique.   Photo : Radio-Canada / Karl-Philip Vallée

Avec le lancement, vendredi, de Hello World – un album musical entièrement issu de l'intelligence artificielle et apprécié par de nombreux critiques –, certains s'interrogent quant à l'avenir des artistes. Mais pour Sandra Rodriguez, réalisatrice et sociologue, et Louis-Richard Tremblay, producteur au studio interactif de l'Office national du film du Canada (ONF), il n'y a pas lieu de paniquer.

J’ai demandé à Siri (l’assistant vocal d’Apple, NDLR) si elle pouvait me définir la créativité, et elle m’a dit tout ce qu’elle n’arrive pas à reproduire, soit l’imagination, l’innovation et l’originalité.

Sandra Rodriguez, réalisatrice, sociologue et conférencière

Selon ces deux créateurs, il reste évident que l’intelligence a beaucoup de chemin à faire avant de remplacer les humains dans le domaine artistique. « Les machines se rendront à un point où elles sauront comment nous séduire en tout point, explique M. Tremblay. Mais pour moi, l’art, et ce qui a fait évoluer la création, c’est la subversion – et, surtout, le détournement. »

Sandra Rodriguez souligne d’ailleurs que le rôle de l’art n’est pas de plaire, mais plutôt de refléter la réalité de l’époque à laquelle il est créé. « Les artistes arrivent toujours avec un message qui est en porte-à-faux avec la norme véhiculée par la société », dit-elle.

C’est pourquoi la liberté artistique limitée des différentes intelligences artificielles capables d’imiter l’art humain constitue leur principal défaut, indiquent ces experts. Une faiblesse que l’industrie de l’intelligence artificielle a avantage à cacher, explique Mme Rodriguez. « Ce qui me fait le plus peur, dit-elle, ce n’est pas l’intelligence artificielle : c’est la façon dont une industrie nous amène à redéfinir l’intelligence, la créativité et même l’art. »

Pour écouter l’émission intégrale de La sphère portant sur l’intelligence artificielle et la créativité, cliquez ici.

Chargement en cours