Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Mathieu Dugal
Audio fil du samedi 9 décembre 2017

Le web, facteur de libération pour l’humour

Publié le

Une photo de Pierre-Luc Racine dans le studio de l'émission La sphère.
Pierre-Luc Racine a cofondé le balado 3 Bières.   Photo : Radio-Canada / Karl-Philip Vallée

L'humour a rapidement trouvé sa place sur le web et continue de surprendre par son inventivité dans ce média en constante mutation. Pierre-Luc Racine est bien placé pour le savoir puisqu'il coanime le balado humoristique 3 Bières où il reçoit des humoristes chaque semaine pour parler de tout et de rien autour d'une bière... ou trois. En discussion avec Matthieu Dugal, il explique pourquoi Internet est un terrain fertile pour l'humour.

« Ce qui est le fun avec Internet, c’est qu’on a une proximité avec les gens qu’on n’aurait pas avec d’autres médias, estime Pierre-Luc Racine. Avec 3 Bières, je reçois régulièrement des messages de gens qui me disent qu’ils nous trouvent drôles et qu’on leur fait du bien. Ces messages-là m’ont donné la force de quitter mon métier d’actuaire et de m’inscrire à l’École nationale de l’humour. »

Le balado qu'il coanime avec Gabrielle Caron et Yannick Belzil s’est fait une place enviable dans l’univers de l’humour québécois sur le web, si bien qu’il accueille parfois des personnalités très connues du grand public. Mike Ward, André Ducharme, Jean-Thomas Jobin, Mado Lamotte, Anne-Marie Losique et même Simon Durivage se sont succédés au micro de 3 Bières.

Si cette liste de grosses pointures impressionne, la genèse de l’émission est de son côté un peu plus modeste, de l’aveu même de son créateur. « C’est né quand mon coanimateur Yannick Belzil et moi nous sommes connus et que nous avons commencé à faire la tournée des bars ensemble, raconte Pierre-Luc Racine. Nous sommes deux grands amateurs d’humour qui trouvions qu’il en manquait beaucoup dans les balados québécois. On s’est dit qu’on pourrait diffuser les discussions que nous avions à la taverne. »

Cet esprit très informel subsiste encore aujourd’hui dans le balado humoristique après plus de 300 épisodes. Le concept est simple : les coanimateurs reçoivent un invité et discutent avec lui de sujets choisis par les internautes. La particularité de ce balado vient toutefois du fait que la discussion se poursuit jusqu’à ce que tout le monde ait bu trois bières.

« Je définis l’humour sur le web comme étant libre, indique le coanimateur. Ce qui est bien avec cet humour, c’est que les gens qui sont intéressés restent et les autres s’en vont. On n’est pas forcés de viser un public très précis sur le plan de l’âge, du genre ou du métier. »

Chargement en cours