Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Matthieu Dugal
Audio fil du samedi 4 novembre 2017

La ville intelligente se construit-elle au profit des entreprises?

Publié le

Sandra Breux dans le studio de l'émission La sphère.
Sandra Breux, professeure et chercheuse à l’Institut national de recherche scientifique.   Photo : Radio-Canada / Karl-Philip Vallée

Il n'y a pas que dans les mégalopoles que l'on s'interroge sur la place de la ville intelligente. En janvier dernier, deux chercheurs de l'Institut national de la recherche scientifique (INRS) remettaient un rapport aux élus municipaux de Repentigny. Dans ce document, ils définissent et analysent ce phénomène contemporain. Sandra Breux, l'une des auteures de ce rapport, revient avec Matthieu Dugal sur ce qu'il faut en retenir.

« L’expression “ville intelligente” a été popularisée par les firmes privées, qui, en associant les villes aux technologies de l’information, ont ciblé les villes comme d’immenses marchés potentiels, explique Mme Breux. Elles ont ensuite vendu des solutions technologiques aux villes et, petit à petit, l’expression s'est introduite dans le discours public. »

Cette experte ajoute que l’expression est apparue dans un contexte qui lui était propice, puisque les villes font actuellement face à de nombreux défis qui ne peuvent pas être ignorés, tels que l’urbanisation croissante ou les changements climatiques. Grâce à la ville intelligente, la technologie apparaît comme une solution à certains de ces défis, du moins, à moyen terme.

Alors que les capteurs font leur apparition dans les villes et que les autorités s’ajustent à l’afflux de nouvelles données, certains s’interrogent sur la place du citoyen dans cet écosystème. Celui-ci est-il partie prenante de la ville intelligente ou est-il un simple observateur passif?

« On peut peut-être se doter de certains outils visant à intégrer les individus davantage dans les choix technologiques qui sont faits, ce qui n’est pas le cas actuellement. Il faut aussi se demander quel contrôle a l’individu sur les données qu’il fournit parfois à son insu. »

Chargement en cours