Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Mathieu Dugal
Audio fil du samedi 30 septembre 2017

Nintendo, une histoire qui remonte à 1889

Publié le

Une capture d'écran de l'écran d'accueil du jeu Super Mario Bros.
Super Mario Bros. n'est qu'un des quelque 140 jeux que des experts tenteront de finir le plus rapidement possible.   Photo : Nintendo

Si Nintendo est aujourd'hui synonyme de jeux vidéo et d'électronique, il n'en a pas toujours été ainsi. L'entreprise, fondée en 1889 par Fusajiro Yamauchi, se spécialisait autrefois dans les cartes à jouer – avant de diversifier ses opérations de façon parfois surprenante, comme le rappelle Florent Gorges, auteur, biographe et éditeur spécialiste de l'histoire de Nintendo. Retour sur l'histoire méconnue de ce géant japonais du divertissement.

« Dans les années 50, Nintendo était déjà l’égérie des enfants parce qu’elle cartonnait avec des cartes à jouer Walt Disney », explique celui qui est l’auteur d’une série d'ouvrages racontant l'histoire de Nintendo en sept volumes. « Ils en ont vendu des millions, parce que c’était le baby-boom et qu’il y avait plusieurs jeux de cartes Nintendo dans chaque famille », ajoute-t-il.

Une affiche montrant différentes cartes à jouer colorées et ornées de symboles japonais.
Une affiche datant de l'ère Meiji (1868 à 1912) montrant des cartes à jouer de Nintendo   Photo : domaine public

Cette prospérité des années 50 a toutefois connu une fin abrupte au cours de la décennie suivante, lorsque Tokyo a accueilli les Jeux olympiques d’été, ce qui a encouragé de nombreux ménages à s’équiper de téléviseurs. Cette révolution dans les foyers japonais a complètement changé le monde du divertissement dans l’archipel alors que les enfants ont commencé à délaisser les produits de Nintendo pour se tourner vers les écrans.

« Pour Nintendo, ça a été un gros problème. Nintendo [a essayé] de trouver des solutions et, à partir du milieu des années 1960, elle [a ouvert] une division qui [a créé] des jeux de société. Puis, petit à petit, elle [a] aussi développé des produits bureautiques, mais aussi des machines à faire de la barbe à papa et, surtout, ses premiers jeux et jouets électroniques, à la fin des années 60 », détaille Florent Gorges.

Cette quête d’une nouvelle voie commerciale, qui a duré près de 20 ans, a même mené Nintendo dans l’industrie alimentaire : en effet, l’entreprise a brièvement commercialisé du riz lyophilisé, un analogue des nouilles ramen instantanées qui faisaient fureur au Japon au début des années 60.

Le salut par les jouets électroniques

Cherchant le moyen de survivre, l’entreprise s’est orientée dans les années 1970 vers les jouets, mais la compétition était alors très féroce de la part d’autres grands noms du domaine, comme Bandai, Takara et Tomy. « Nintendo va [alors] prendre un risque en essayant de faire quelque chose que les autres ne font pas : elle va choisir d’utiliser des composantes électroniques dans ses jouets, et ce sera un déclic, raconte M. Gorges. Nintendo sera la première à le faire et elle deviendra, petit à petit, le leader du jouet et du jeu électronique dès la fin des années 70. »

Ce succès s’est poursuivi avec les petites consoles portatives Game & Watch et, plus tard, la Nintendo Entertainment System, ou Famicom (telle qu’elle était connue au Japon) – qui a donné un nouveau cap à Nintendo, cap qu’elle suit encore aujourd’hui.

« C’est assez passionnant de voir tous les coups de chance que Nintendo a pu avoir. Elle a été à maintes reprises sur le point de couler et, chaque fois, à la dernière minute, elle trouvait une solution miracle qui lui permettait de rebondir », conclut Florent Gorges.

Chargement en cours