Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Matthieu Dugal
Audio fil du samedi 16 septembre 2017

Les appareils libres, pas si compliqués que ça

Publié le

Une photo de Jean-François Fortin Tam dans le studio de l'émission La sphère.
Jean-François Fortin Tam est un adepte des appareils libres, dont l'ordinateur Purism, qu'il avait emmené avec lui en studio.   Photo : Radio-Canada / Karl-Philip Vallée

Le monde des appareils et des logiciels libres a souvent mauvaise presse, notamment en ce qui a trait à sa facilité d'utilisation. Mais pour Jean-François Fortin Tam, spécialiste de ces systèmes alternatifs, cette réputation n'est pas toujours méritée, et la population gagnerait à essayer les services libres.

Mes oncles, mes tantes et ma famille proche utilisent Linux sur leurs machines. Ce n’est pas plus compliqué à utiliser [que Windows ou Mac OS X] pour un usage de base.

Jean-François Fortin Tam, contributeur aux logiciels libres depuis 12 ans et consultant indépendant en gestion d’entreprise

Cet expert avait d’ailleurs emmené en studio son ordinateur portable Purism, qui met l’accent sur la sécurité, la liberté et la facilité d’utilisation. « Il est conçu pour fonctionner entièrement à l’aide d’un système d’opération libre, sans avoir de tâches propriétaires », explique M. Fortin Tam. Ces tâches propriétaires sont en fait des sous-systèmes qui fonctionnent de manière opaque et qui ne permettent pas à l’utilisateur de connaître leur fonctionnement et leur rôle précis. « Ça fait en sorte qu’on ne peut pas faire confiance à sa machine », résume ce spécialiste.

Selon lui, les ordinateurs et autres appareils informatiques comme ceux de Purism sont voués à prendre davantage de place dans nos vies à l'avenir. « Je pense qu’il y a un léger mouvement d’"écœurantite" qui commence à se faire, dans la population en général, face au fait qu’on devient soi-même un produit, qu’on donne notre vie entière à Google, [à] Apple, [à] Facebook et compagnie, observe Jean-François Fortin Tam. Je n’ai pas encore croisé quelqu’un qui est contre l’idée du logiciel libre. C’est une question de temps. »

Chargement en cours