Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Matthieu Dugal
Audio fil du samedi 9 septembre 2017

Intelligence artificielle : démêler le vrai du faux

Publié le

Une photo de Joelle Pineau dans le studio de l'émission La Sphère.
Joelle Pineau, professeure associée à l'école d'informatique de l'Université McGill et codirectrice du laboratoire Reasoning and Learning Lab.   Photo : Radio-Canada / Karl-Philip Vallée

L'intelligence artificielle s'apprête-t-elle à bouleverser le marché du travail en envoyant des millions d'êtres humains au chômage? L'humanité est-elle menacée par des réseaux neuronaux qui se multiplieront un jour sans intervention humaine? Pour Joëlle Pineau, professeure associée à l'École d'informatique de l'Université McGill, il n'y a pas lieu de s'inquiéter.

Ce qui m’inquiète un peu, c’est le fait que l’aspect épeurant de la technologie joue un peu dans l’imaginaire humain. Ça pourrait nous faire passer à côté de toutes sortes de promesses vraiment intéressantes, comme dans le domaine de la santé [...].

Joëlle Pineau, professeure associée à l’École d’informatique de l’Université McGill et codirectrice du laboratoire Reasoning and Learning Lab

Malgré les avantages évidents que peut apporter l’intelligence artificielle dans des domaines très variés, de nombreuses personnes sentent que leur emploi est menacé par l’émergence de l’intelligence artificielle. « C’est réaliste de croire que le marché du travail va être bouleversé, estime la chercheuse. En même temps, on a déjà vécu plusieurs autres bouleversements. »

Mme Pineau donne l’exemple de la place des métiers liés à l’agriculture, qui s’est considérablement réduite au cours du XXe siècle. L’arrivée des femmes sur le marché du travail est un autre bouleversement qui lui vient en tête. « On a réussi à absorber ces changements, et le taux de chômage à la fin du siècle était plus bas qu’au début, rappelle la professeure. Je crois que la nature humaine étant ce qu’elle est, on a une capacité de se réinventer et de créer de nouveaux emplois qui tirent avantage de ce qu’on a apporté. »

Quoi qu’il en soit, le domaine de la recherche en intelligence artificielle semble de son côté voué à un bel avenir. À ce sujet, Mme Pineau partage une réflexion personnelle sur la place des femmes dans ce milieu. « Il y a très, très peu de femmes qui travaillent dans ce domaine-là. Le fait qu’une technologie qui va transformer tous les pans de notre société est développée par un type assez précis de gens, c’est quelque chose à quoi on doit réfléchir. »

Chargement en cours