Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Matthieu Dugal
Audio fil du samedi 6 mai 2017

Technologie et perte de mémoire : une question très ancienne

Publié le

Statue du philosophe Socrate à l'Académie d'Athènes, en Grèce.
Statue du philosophe Socrate à l'Académie d'Athènes, en Grèce.   Photo : iStock

Bien avant l'arrivée du web et des téléphones intelligents, les philosophes de l'Antiquité craignaient déjà que les avancées techniques nuisent à la mémoire de l'être humain. Le chroniqueur Fabien Loszach rappelle à quel point Socrate tenait en horreur les livres, qui constituaient selon lui une menace envers le savoir, transmis oralement à l'époque. Cette crainte, bien que légitime, doit être dépassée pour approfondir la connaissance, selon le chroniqueur.

Avec les livres, les intellectuels vont se libérer de l’obligation de se souvenir. Leurs neurones vont être utilisés pour faire autre chose, comme faire des connexions plus logiques entre les idées, devenir plus créatif, inventer de nouveaux problèmes et mettre le savoir en commun.

Fabien Loszach

Chargement en cours