Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Boucar Diouf
Audio fil du samedi 15 juillet 2017

La vie sans odeur

Publié le

Marie-France Legentil, lors de l'enregistrement de l'émission <i>La nature selon Boucar</i>
Marie-France Legentil a graduellement perdu le sens de l'odorat.   Photo : Radio-Canada / Philippe Couture

Marie-France Legentil est orthopédagogue et grand-mère de trois petits-enfants. Il y a plusieurs années, elle a graduellement perdu le sens de l'odorat. « Je suis handicapée du nez », dit celle qui peut encore percevoir quelques odeurs, mais de façon très subtile. Elle explique quels sont les inconvénients causés par la perte de ce sens et nous fait part de trucs qu'elle a développés au fil des ans pour apprécier ses repas.

Plus jeune, Marie-France Legentil avait un très bon odorat. Puis, elle est devenue plus sensible aux sinusites, et graduellement les odeurs étaient de moins en moins au rendez-vous. « On réalise qu’on ne sent plus quand les gens nous disent que ça sent bon, et [qu']on ne le perçoit pas. »

Le diagnostic
Elle a consulté l’équipe d’un docteur de Trois-Rivières, Johannes Frasnelli, qui est spécialiste de la pathologie des sens chimiques. « Quand je suis sortie de là, j’étais un peu déprimée », dit-elle en expliquant qu’il y a beaucoup de personnes qui sont atteintes de ce trouble qui deviennent carrément dépressives.

Je m’ennuie de l’odeur du lilas et des fraises; le café, le bon pain.

Marie-France Legentil

Un simple souvenir
« Ce qui nous sauve, c’est qu’on a une mémoire des odeurs. Par exemple, je vois la coriandre et j’ai une mémoire de ce que ça sent. » Marie-France Legentil cuisine maintenant en utilisant ses souvenirs. « Je me souviens des ingrédients qui vont avec les aliments – par exemple quand je fais un bœuf bourguignon. »

Il y a toujours le goût
Heureusement, le goût est toujours au rendez-vous. « Je compense par le goût, la texture des aliments, le croquant, le sucré et le salé. J’ai beaucoup de plaisir à manger et à apprécier les différentes textures. Je compense aussi avec de belles assiettes. Quand je vois toute la couleur et la diversité des aliments, c’est comme s’il y avait un régal des yeux. »

Beaucoup de précautions
Parmi les inconvénients, Marie-France Legentil fait remarquer qu’elle doit se fier à la date de péremption des emballages de nourriture, même si les aliments sont parfois encore bons, ce qui crée du gaspillage. Aussi, elle lave ses vêtements plus souvent, ce qui les use plus rapidement. « Je vais me laver plus souvent, parce que je veux sentir bon. J’ai le même parfum depuis toujours. »

 

Chargement en cours