Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jean-Sébastien Bernatchez
Audio fil du lundi 13 novembre 2017

La liberté d’expression menacée dans les universités?

Publié le

Un groupe de manifestants antifascistes brandissent des banderoles.
Un groupe de manifestants antifascistes devant l'Université Ryerson, en Ontario, en août 2017.   Photo : Radio-Canada / Natasha MacDonald-Dupuis

Est-ce que les professeurs doivent se censurer lorsqu'ils enseignent? Où se trouve la frontière entre un discours controversé et la propagande haineuse? Est-il acceptable d'avoir recours à la violence pour empêcher un conférencier, par exemple, de tenir des propos offensants et blessants? Voilà les questions épineuses et sensibles auxquelles tentent de répondre trois de nos journalistes à travers une série de reportages portant sur la liberté d'expression sur les campus universitaires au Canada.

Dans son reportage, Christian Noël relate un épisode houleux vécu à l’Université Ryerson, en Ontario, il y a à peine quelques mois. Une conférence sur la liberté d’expression y avait été annulée, puis reportée à une date ultérieure parce que certains avaient peur que l’événement se transforme en un rassemblement raciste et fasciste. Plutôt que de voir ceci comme une victoire contre l’intolérance, d’autres y ont plutôt vu un geste de censure révoltant.

Au-delà des discours et des positions tranchées des différents camps, Christian Noël souligne qu’il s’agit d’un débat qui se doit d’être abordé et interprété dans toute sa complexité, ses paradoxes et ses nuances. Une université est, après tout, un lieu d’échanges qui doit encourager les discussions de tous les horizons, selon Sarina Singh, l’organisatrice de la conférence controversée qui a été remise à plus tard ce mois-ci.

Débattre en public, ça permet de contrer les mauvaises idées. Sinon, l’intolérance se cache sous la surface, bouillonne et puis la marmite saute! Sans compter qu’en empêchant les autres de parler, on en fait des martyrs, et ça leur donne encore plus de pouvoir.

Sarina Singh, travailleuse sociale et organisatrice de la conférence sur la liberté d’expression annulée en août 2017

Mardi, Manon Globensky présentera un reportage qui fait le point sur l’état de la liberté d’expression sur les campus universitaires à Montréal, au Québec. Et mercredi, Dominique Arnoldi abordera la situation à Vancouver, en Colombie-Britannique.

Chargement en cours