Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jean-Sébastien Bernatchez
Audio fil du lundi 5 juin 2017

La contagion émotionnelle : un effet collatéral du terrorisme

Publié le

15 émojis de smileys exprimant différentes émotions.
Les réseaux sociaux ne nous permettent pas d'évacuer nos émotions de manière saine, selon les experts.   Photo : iStock

Les plus récents attentats de Londres ont, une fois de plus, démontré que si les réseaux sociaux permettent à l'information de circuler rapidement et massivement, ils influencent également notre réponse émotionnelle à ce genre d'événements tragiques. Romain Bardet s'est penché sur l'amplification des émotions négatives véhiculées massivement par les médias sociaux.

Le phénomène de la contagion émotionnelle survient lorsqu’une exposition abusive aux réseaux sociaux empêche une bonne gestion des émotions. Elle peut même entraîner le risque de développer de l’anxiété ou certains symptômes de dépression. L’isolement social est un des effets paradoxaux du recours abusif aux réseaux sociaux, comme l’explique le chercheur Kamran Afzali.

Il faut trouver une façon pour que les réseaux sociaux ne nous amènent pas ce phénomène d'isolement et soient plutôt un acte social de conversation entre nous.

Kamran Afzali, chercheur en psychiatrie à l'Université de Montréal

Avoir des réactions impulsives peut être une autre conséquence de la propagation d’émotions négatives amplifiées par les réseaux sociaux, ajoute Kamran Afzali, qui s’est intéressé aux stratégies de régulation de l’émotion que les humains développent lorsqu’ils sont confrontés à un bombardement d’informations troublantes et anxiogènes via les médias sociaux.

Chargement en cours