Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jean-Sébastien Bernatchez
Audio fil du lundi 29 janvier 2018

Afghanistan : négocier pour sortir de la crise

Publié le

Des soldats afghans
Des soldats afghans gardent le périmètre établi autour de l'attentat du 24 juillet 2017 à Kaboul   Photo : Reuters / Omar Sobhani

Quatre attentats ont été commis en Afghanistan en à peine plus d'une semaine, causant des centaines de morts et de blessés. Pour sortir de la crise sécuritaire qui afflige le pays, Kaboul doit négocier avec les talibans, mais aussi avec tous ses voisins. En entrevue, Karim Pakzad, chercheur à l'Institut de recherches internationales et stratégiques en France et ancien professeur à l'Université de Kaboul.

Selon Karim Pakzad, tous les acteurs régionaux, incluant l’Iran, le Pakistan, la Russie et la Chine, doivent faire partie d’une discussion régionale.

La politique américaine en Afghanistan exclut l’ensemble de ces pays régionaux. Il faut des négociations sérieuses, qui les incluent sous l’égide des Nations unies.

Karim Pakzad, chercheur à l’Institut de recherches internationales et stratégiques

Le chercheur note aussi que l’approche agressive de Donald Trump à l'égard du Pakistan, soupçonné de financer les activités des talibans, diffère de celle de ses prédécesseurs.

Toutefois, le risque de déstabiliser un pays de 200 millions d’habitants, aux forts mouvements islamistes et qui possède l’arme nucléaire, serait trop important pour que les États-Unis n'y mènent des offensives.

Malgré le désengagement militaire des Américains en Afghanistan, Karim Pakzad estime que la superpuissance veuille toujours garder ce territoire sous sa domination pour des raisons géopolitiques.

Les innombrables attentats et le contrôle d’une partie du territoire par des groupes terroristes aux intérêts divergents définiront peut-être les nouvelles stratégies d’intervention.

Chargement en cours