Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mercredi 17 mai 2017

La chasse au dindon sauvage gagne en popularité

Publié le

Le boucher Daniel Himbeault
Le boucher Daniel Himbeault   Photo : Radio-Canada / Hugo Lavoie

La saison de la chasse au dindon sauvage bat son plein et Daniel Himbeault, spécialiste du gibier et boucher de troisième génération à Saint-Stanislas-de-Kostka, remarque une nette augmentation de sa clientèle depuis l'an dernier. Hugo Lavoie l'a rencontré.

Après un week-end de chasse, M. Himbeault avait déjà reçu une centaine de dindons, soit l’équivalent de ce qu’il avait reçu l’an dernier après une saison complète.

Il précise qu’un cours spécifique est donné à ceux qui chassent le dindon sauvage, car il s’agit d’un animal particulièrement rusé et difficile à attraper. « Plus ça va, plus le dindon sait qu’il est chassé », explique-t-il.

Lorsqu’il reçoit le dindon, le boucher l’éviscère et le laisse suspendre de cinq à sept jours dans un réfrigérateur. Il doit ensuite le nettoyer, car on peut trouver du plomb et des plumes à l’intérieur de l'animal. Confis, saucisses, terrines, tourtières : les possibilités sont multiples pour l'apprêter.

 

Chargement en cours