Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du lundi 22 janvier 2018

Paradis fiscaux dans l’industrie du pot : le chroniqueur Alain Dubuc se défend

Publié le

Dans une usine de production de marijuana, une main gantée tient une feuille de marijuana.
Les investisseurs sont nombreux à être attirés par l'industrie du cannabis en ce moment au Canada.   Photo : CBC

Selon le Journal de Montréal, le chroniqueur économique à La Presse Alain Dubuc est administrateur de 48 North, une entreprise spécialisée dans l'industrie du cannabis qui aurait bénéficié d'investissements de plus de 3 M$ en provenance du paradis fiscal des îles Vierges britanniques. En entrevue à Gravel le matin, Alain Dubuc réfute ce lien, qu'il qualifie d'étrange, et juge qu'il n'est pas en conflit d'intérêts.

Je n’ai pas vu le nom de la compagnie dont je suis administrateur dans la liste des investisseurs, alors je pense que c’est séparé. Je ne crois pas être l’administrateur d’une entreprise financée par des paradis fiscaux.

Alain Dubuc

Alain Dubuc se défend en précisant que l’entreprise ontarienne 48 North n’est pas cotée en bourse. « Quand c’est le cas, on a très peu de contrôle sur ceux qui vont acheter et revendre des actions. [...] On connaît les investisseurs de la compagnie dont je suis actionnaire. C’est un petit groupe, et l’un des investisseurs importants est un groupe des Premières Nations ontariennes et québécoises », poursuit-il.

Alain Dubuc croit cependant que le marché du cannabis, qui est extrêmement spéculatif, est du genre à attirer un certain type d’investisseurs. « Je crois que le côté désordonné de l’industrie du cannabis et sa croissance rapide vont attirer ce genre d’investisseurs. C’est un réel problème. »

Conflit d’intérêts?

Alain Dubuc ne croit pas être en conflit d’intérêts en étant chroniqueur à La Presse et administrateur d’une entreprise spécialisée dans le cannabis thérapeutique.

« Je n’écris pas sur le cannabis, même si j’ai des choses à dire. Si je le faisais, il faudrait que je précise chaque fois que j’ai des intérêts [dans l'industrie]. La situation la plus élégante, c’est de ne pas écrire [sur ce sujet]. Je ne me mets pas en position de conflit d’intérêts. »

Selon le Journal de Montréal, Alain Dubuc a parlé de cannabis à deux reprises dans des entrevues réalisées à Radio-Canada. Le principal intéressé se défend en précisant qu’il s’agissait d’un commentaire général dit en passant d’un sujet à un autre.

Chargement en cours