Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du vendredi 12 janvier 2018

La légalisation du cannabis inquiète des employeurs

Publié le

Un homme refuse un joint.
Un homme refuse un joint.   Photo : iStock / chabybucko

Des employeurs du Québec craignent que la légalisation du cannabis banalise l'usage de cette substance dans les milieux de travail et mette en péril la sécurité de certains travailleurs.

S’il ne souhaite pas dramatiser la situation, Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du Conseil du patronat du Québec, craint tout de même que les employeurs soient davantage exposés à des problèmes reliés à l’abus de cannabis en raison de sa légalisation. Il rappelle que les lois en matière de santé et de sécurité au travail sont exigeantes pour les employeurs.

« Ils ont l’obligation de s’assurer que le milieu de travail est sain et sécuritaire. On fera face à une augmentation [de la consommation de cannabis] et on n’a pas nécessairement tous les mécanismes, outils et méthodes en place pour faire en sorte d’exercer ce rôle et ces responsabilités », croit Yves-Thomas Dorval.

Les craintes sont réelles, particulièrement dans les milieux de travail où les risques sont plus élevés comme dans la construction, les transports et la manutention de matières dangereuses.

Yves-Thomas Dorval

Différent de l’alcool?

Yves-Thomas Dorval est d’avis que l’alcool et ses effets sont plus apparents que ceux du cannabis.

« C’est plus facile de voir quelqu’un qui va consommer un 40 onces de gin au bureau versus quelqu’un qui mange un muffin au cannabis. Et les effets ne sont pas les mêmes », souligne-t-il.

Chargement en cours