Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du vendredi 29 décembre 2017

Obsolescence programmée des objets : mythe ou réalité?

Publié le

Un homme tape sur l'écran de son téléphone intelligent dans une application de messagerie.
Un homme consulte son téléphone intelligent.   Photo : Getty Images / rodrigobark

Est-il vrai que des entreprises diminuent volontairement la durée de vie de leurs produits? Des compagnies telles qu'Apple et Epson ont été accusés de programmer l'obsolescence de leurs produits. Fabien Durif, directeur de l'Observatoire de la consommation responsable, explique que la difficulté est de le prouver.

Il faut démontrer que, dès la conception de l’objet, il y a une volonté de réduire sa durée de vie.

Fabien Durif

Au lieu de programmer l'obsolescence de leurs produits, les entreprises utiliseraient plutôt des stratégies pour diminuer leur durée d’utilisation, selon M. Durif.

Il donne comme exemple Apple qui a avoué récemment ralentir volontairement certains modèles d'iPhone pour préserver leur batterie. Le coût relativement élevé de remplacement de la batterie pourrait, à son avis, pousser certains consommateurs à changer tout simplement leur appareil.

Il soutient que de nombreuses études ont rapporté que la durée de possession des téléphones cellulaires dans les pays nordiques est d’un peu moins de deux ans, alors que leur durée de vie estimée est de 5 à 7 ans.

Des décisions attendues

Fabien Durif affirme qu'un effet domino pourrait être observé à la suite des décisions des recours collectifs intentés actuellement.

« C’est évident qu’il va y en avoir d’autres sur d’autres produits. Les électroménagers et les produits électroniques sont les catégories les plus problématiques aujourd’hui », déclare l’expert.

Chargement en cours