Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mercredi 13 décembre 2017

Un hockeyeur de 37 ans sauvé par un défibrillateur

Publié le

Un défibrillateur cardiaque
Un défibrillateur cardiaque   Photo : Radio-Canada / Nathalie Geddry

Foudroyé par un malaise, Jean-Philippe LaRose, âgé de 37 ans, est encore en vie grâce à la réaction rapide d'un ami, qui lui a fait un massage cardiaque, mais aussi à la présence d'un défibrillateur à l'École secondaire Gérard-Filion, à Longueuil, où il joue au hockey.

Cardiaque de naissance, Jean-Philippe LaRose se tient en forme selon les recommandations de sa cardiologue. Son dernier bilan de santé, effectué en octobre, était tout à fait normal, dit-il.

Dimanche soir, Jean-Philippe LaRose gardait les buts lors d’une partie de hockey cosom, comme il le fait depuis 15 ans. Le jeu n’était pas plus intense qu’à l’habitude, précise ce père de trois enfants.

J’ai fait un arrêt de routine. J’ai voulu remettre la balle en jeu. J’ai dit que je me sentais étourdi. Je pensais qu'il s'agissait d'un coup de chaleur. Je me suis effondré. J’ai un black-out total [de ce qui s'est passé] jusqu’à ce que je sois réanimé.

Jean-Philippe LaRose

Un de ses amis, Éric Berger, a tout de suite pris les choses en main et a commencé à lui donner un massage cardiaque. D’autres joueurs ont composé le 911 et sont allés chercher le défibrillateur de l’établissement.

« Ce qu’on m’a dit, c’est que ça a duré six minutes avant que l’ambulance arrive. Je commençais à reprendre mes esprits quand les ambulanciers sont arrivés », raconte le hockeyeur.

Jean-Philippe LaRose ne garde aucune séquelle de cette mésaventure grâce à la réanimation manœuvrée rapidement par Éric Berger et c'est le défibrillateur externe automatisé qui a ranimé le jeune homme.

Un choc fut suffisant. Le RCR et le défibrillateur ont fait que j’ai eu la vie sauve.

Jean-Philippe LaRose

Actuellement hospitalisé à l’Institut de cardiologie de Montréal, Jean-Philippe LaRose se porte bien. Une fois sa convalescence terminée, il pourra reprendre ses activités normales, dont le hockey. Entre-temps, il invite les citoyens à suivre un cours de secourisme. Lui-même compte rafraîchir ses notions acquises il y a deux ans.

Chargement en cours