Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mercredi 13 décembre 2017

Le prêt-à-manger haussera le prix du panier d’épicerie en 2018

Publié le

Femme poussant un panier d'épicerie
Le prix des aliments augmentera en 2018.   Photo : Radio-Canada

Le coût moyen du panier d'épicerie augmentera de 348 $ en 2018, selon le Rapport sur les prix alimentaires à la consommation. Cette hausse touchera davantage les citoyens qui optent pour les produits transformés et le prêt-à-manger, soutient Pierre-Alexandre Blouin, président-directeur général intérimaire de l'Association des détaillants en alimentation du Québec.

Les consommateurs font le choix d’acheter une solution de repas déjà préparés ou en partie préparés. C’est une nouvelle tendance assez importante. Ces produits coûtent plus cher en coût de revient. Le consommateur fait le choix d’économiser du temps, mais de mettre plus d’argent dans son alimentation.

Pierre-Alexandre Blouin

Pierre-Alexandre Blouin mentionne qu’il ne faut pas simplement regarder l’augmentation du prix de certaines denrées de base, mais plutôt la hausse du prix de la composition générale du panier d’épicerie.

Il cite l’exemple d’un consommateur qui dépense 100 $ par semaine en denrées alimentaires.

Plus il met de produits prêts à manger dans son panier, plus son coût relatif sera élevé. À l’inverse, s’il y met des aliments de base, [la facture n'augmentera pas autant] parce qu’un sac de carottes ou de farine ne coûte jamais bien cher peu importe le moment de l’année.

Pierre-Alexandre Blouin

À l’analyse des données, Pierre-Alexandre Blouin constate que les Québécois, tout comme les Canadiens, cuisinent moins [qu'avant] à partir d’ingrédients de base. « Pourtant, la première façon de contrôler ses dépenses, c’est de cuisiner soi-même », affirme-t-il.

Chargement en cours