Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du vendredi 10 novembre 2017

Un travailleur âgé obtient le droit d’avoir un banc au travail

Publié le

Un magasin Costco
Un magasin Costco   Photo : Dan Zakreski/CBC

Enseignant à la retraite, Claude Gourdeau travaille au Costco de Sainte-Foy pour le plaisir à titre de commis aux dégustations. Depuis le changement du sous-traitant qui s'occupe de ce volet chez Costco en août dernier, l'homme de 71 ans n'avait plus le droit d'avoir un banc pour s'asseoir. Privilège qu'il a récemment retrouvé au terme de plusieurs démarches, dont une sortie publique.

L’histoire de Claude Gourdeau a été récemment publiée dans le journal Le Soleil de Québec. La journaliste Mylène Moisan racontait que l’homme n’avait plus le droit de s’asseoir au travail lorsque l’achalandage était bas et ne pouvait boire de l’eau lors des dégustations.

« Depuis le 1er août, CDS a pris en charge la démonstration des produits [chez Costco]. On a du beau matériel pour travailler, mais on nous a retiré les bancs qu’on avait avant. C’est un recul. J’ai commencé à le faire remarquer aux autorités en place. Pourquoi retire-t-on les bancs? On les avait avant et on offrait un bon service. »

Il ajoute que les employés, pour la plupart des personnes âgées de 60 à 75 ans, se faisaient reprocher de s’accoter légèrement au mur.

« C’est quoi le problème? On n’est pas fainéants, on est âgés. On a la chance de travailler et on a la santé même si on a de petits bobos. On est utiles à la société et on paie nos impôts. »

La direction de CDS a réagi après la publication de l’article du Soleil.

Claude Gourdeau a obtenu le droit d'avoir un banc. Il ferait partie des 15 employés, sur les 953 présents au Québec, à avoir ce privilège. L’homme a toutefois dû présenter un billet de son médecin. Le professionnel de la santé a aussi dû remplir un rapport de plusieurs pages, demandé par la compagnie CDS.

Eau interdite

Claude Gourdeau souligne aussi que ses collègues et lui n’ont plus le droit d’avoir de l’eau embouteillée en leur possession sur les lieux de dégustation. La compagnie affirme que c'est pour éviter les risques de contamination croisée.

Mylène Moisan rapporte, ce matin, qu’un système d’hydratation est en processus d’approbation au Québec. Les employés pourraient boire de l’eau, à l’aide d’une paille, dans un verre recouvert.

Chargement en cours