Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mardi 10 octobre 2017

Accident mortel à Joliette : difficile de sensibiliser les jeunes à la vitesse

Publié le

Des arbres le long d'une route, à Joliette.
Après avoir fait une sortie de route, la voiture s'est écrasée contre des arbres.   Photo : Radio-Canada

La sortie de route d'un véhicule conduit par un adolescent de 15 ans, et qui a causé la mort de deux jeunes de 14 et 17 ans à Joliette dans la nuit de dimanche à lundi, rappelle que le combat contre la vitesse excessive chez les jeunes est loin d'être gagné.

Malgré la prévention, notamment auprès d'étudiants de 5e secondaire, les jeunes ne sont pas touchés par les campagnes de sensibilisation à la vitesse, croit Alain Gelly, policier à la retraite, ancien porte-parole des consultations sur la sécurité routière de la Société de l’assurance automobile du Québec et professeur en techniques policières au Campus Notre-Dame-de-Foy.

Ils écoutent, mais n’appliquent pas ce qu’on leur dit. Il faut trouver une forme d’encadrement réaliste et adaptée à la vie. [...] Il faudrait placer la mère derrière chaque jeune qui embarque dans la voiture pour lui suggérer à l’oreille de ralentir, de ne pas prendre son téléphone.

Alain Gelly

Une idée partagée par Alain Lemay, père de famille dont les fils sont amis avec les jeunes qui étaient dans l’accident de voiture à Joliette.

Il ne faut pas lâcher nos jeunes. Il faut les avoir à l’oeil parce qu’on ne peut pas s’imaginer qu’ils vont faire des choses comme ça.

Alain Lemay

Alain Gelly, qui rencontre 1200 étudiants chaque année, mentionne que les jeunes pensent qu’il s’agit d’un jeu. « Ils se sentent comme des surhommes », note M. Gelly.

« Ils sont inconscients du danger. Ils sont insouciants. Ils n’ont jamais réfléchi à ce qui pouvait arriver en roulant à ces vitesses-là », poursuit Alain Lemay.

Dur lundi

En compagnie de son fils Isaac, Alain Lemay s’est rendu, lundi, chez l’un des garçons morts dans l'accident.

C’était dur de voir les parents complètement détruits. [...] Dans la nuit de dimanche à lundi, mes deux fils étaient dans cette voiture avec quelques-uns des jeunes. Ils ont fait de la haute vitesse. Je me m'estime heureux d’avoir mes fils encore moi.

Alain Lemay

Chargement en cours