Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du jeudi 20 avril 2017

Du camouflage de patients, mais aucune amélioration dans les urgences

Publié le

Une salle d'attente
Une salle d'attente   Photo : iStock

De nombreuses solutions ont été essayées pour améliorer la situation dans les urgences, mais jamais autant de patients ne s'y sont présentés, explique Paul Brunet, président du Conseil pour la protection des malades.

Il y a deux semaines, le ministre Gaétan Barrette rencontrait les PDG des hôpitaux du Québec pour exiger que les débordements dans les urgences soient éliminés en moins d’une semaine, sous peine de représailles. Pour répondre à ces exigences, les hôpitaux chachent des patients dans des salles de réunion ou les entassent à plusieurs dans des chambres restreintes.

Paul Brunet soutient que le problème n’est pas l’urgence, mais tout le reste en périphérie. « [Les patients] n’ont pas d’autres endroits où aller », souligne-t-il. Pour qu’une personne âgée soit sur la liste d’attente d’un CHSLD, donne-t-il en exemple, elle doit d’abord être évaluée par un CLSC. Les hôpitaux coupent dans les heures de soins en affirmant qu’ils essaient d’être équitables, explique M. Brunet. « Vous en donnez insuffisamment à tout le monde », répond-il.

Chargement en cours