Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mercredi 22 mars 2017

Quand la méconnaissance des arts visuels pousse à la censure

Publié le

L'oeuvre «Pleine lune»
L'oeuvre «Pleine lune»   Photo : Christian Messier

« L'ensemble des arts visuels et des artistes sont victimes d'une marginalisation dans la société. » Le peintre Christian Messier est déçu de voir que la salle André-Mathieu, à Laval, a censuré certaines de ses œuvres, apparemment jugées trop explicites, après qu'il a reçu un total de six plaintes.

« C’est vrai que c’est assez étonnant. Je ne m’attendais pas à ça », explique M. Messier, qui vit son premier cas de censure en carrière. Il trouve assez désolant que des gens du public se soient permis de menacer la salle de ne plus revenir si celle-ci ne retirait pas les tableaux.

De réduire ça à de la vulgarité, c’est dur à prendre.

Christian Messier

Un problème beaucoup plus profond

Le peintre, qui a 20 ans de pratique, se demande pourquoi on ne parle pas davantage des arts visuels professionnels. « Il y a une éducation à faire, pense-t-il. Ça serait le fun qu’on en parle plus dans les médias. » Il rappelle que lorsqu'on regarde une œuvre, il faut aller plus loin et ne pas rester en surface, afin de bien comprendre le processus de création de l'artiste.

Chargement en cours