Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du vendredi 12 janvier 2018

Une préposée à l’accueil dévouée et empathique

Publié le

Marjorie Léonard et Doris Malerny Galicia
Marjorie Léonard et Doris Malerny Galicia   Photo : Radio-Canada / Hugo Lavoie

Émue de voir sa collègue Doris Malerny Galicia se dévouer pour aider les gens qui se présentent à elle, à son bureau d'Impulsion-Travail à Montréal-Nord, Marjorie Léonard a soumis la candidature de celle-ci aux Hugo d'or.

Originaire du Guatemala, Doris Malerny Galicia est préposée à l’accueil dans un organisme à but non lucratif qui aide les gens de plus de 30 ans à se trouver un emploi. Elle est forte de son parcours d’immigrante au Canada et se voue à orienter, à conseiller, à rediriger et à écouter chaque personne qui sollicite son aide.

« C’est moi, le premier contact [quand les gens arrivent]. J’essaie que la personne se sente écoutée », dit-elle.

Elle raconte la visite d’un Chilien à Impulsion-Travail. L’homme voulait occuper le même emploi qu’au Chili. Elle lui a recommandé de faire traduire ses documents et d’aller rencontrer un représentant d’Emploi-Québec, comme elle l’avait elle-même fait.

« Un jour, l’ascenseur s’ouvre. Je suis vraiment émue. C’est le monsieur. Il me dit : “J’ai fait tout le parcours que vous m’aviez dit de faire et là, aujourd’hui, je travaille à l’hôpital Notre-Dame. Il fallait que je revienne vous voir, car vous m’avez vraiment aidé. »

Parcours

Doris Malerny Galicia est arrivée au Canada à l’âge de 13 ans comme demandeuse d’asile. Elle est ensuite retournée dans son pays d’origine, où elle a obtenu un diplôme en commerce.

« Quand je suis revenue ici, j’ai dû tout recommencer. J’ai dû refaire la francisation et faire mes équivalences pour démontrer que j’avais des aptitudes en commerce », raconte-t-elle.

Elle a ensuite suivi une formation de consultante en immigration au Collège LaSalle. C’est à ce moment qu’elle s’est dit qu’elle souhaitait travailler à un endroit où elle pourrait aider son prochain et transmettre ses connaissances.

Chargement en cours